1

Vins Chassagne-Montrachet

L’appellation Chassagne-Montrachet est située au sud de la Bourgogne, entre les villages de Meursault et de Santenay. Rendue célèbre pour ses grands crus blancs, elle donne aussi naissance à des vins rouges de grande qualité. Le Chardonnay et le Pinot Noir se partagent ainsi ce terroir d’exception. L’appellation s’étend sur Chassagne-Montrachet et Remigny. Voir plus sur Chassagne-Montrachet

    ​ ​ ​
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. ​ ​
L'appellation Chassagne-Montrachet

Chassagne-Montrachet, un vignoble qui doit son existence aux moines cisterciens.


L’histoire viticole de Chassagne-Montrachet débuterait en 281 après JC avec la levée des interdictions de plantation par l’Empereur Probus. Les moines clunisiens vont fonder le prieuré de Morgeot ; c’est à proximité de celui-ci qu’ils vont planter les premières vignes au hameau de Morgeot. Le Clos Saint Jean est quant à lui propriété de l’abbaye de Saint Jean d’Autun. C’est avec ce clos que la forte renommée des vins de Chassagne va débuter et ce avant l’an 1000.

Suite à la destruction du village et des vignes de Chassagne, par les troupes de Louis XI en guerre avec le duc de bourgogne, les moines de l’abbaye de Maizières vont reconstruire le vignoble à Morgeot. Ils seraient aussi propriétaires d’une parcelle « En Montrachet ». Le vignoble de Chassagne est important et plusieurs propriétaires y possèdent des parcelles. Cependant, certains vont préférer laisser faire le travail de la vigne aux vignerons du village. En 1878, Chassagne adjoindra le nom de son plus prestigieux cru qu’est Montrachet.

À la fin du XIXe siècle, Chassagne-Montrachet n’échappe pas aux deux fléaux qui ravagent le vignoble mondial : le phylloxéra et le mildiou. En 1933, Chassagne-Montrachet est un village où l’entraide et la cohésion sont des valeurs très présentes et notamment via « le syndicat des propriétaires et des vignerons ». C’est un lieu d’échanges, de partage de connaissances théoriques et de moyens techniques avec pour but de faire progresser la qualité.

L’appellation Chassagne-Montrachet est définie en 1937 par l’INAO et la liste des climats pouvant être classée en premier cru est publiée en 1943.

Chassagne-Montrachet produit de grands vins blancs mais pas uniquement


Chassagne-Montrachet est située au sud de la Côte de Beaune entre Meusault et Santenay. Sur la commune de Chassagne-Montrachet sont produites différentes AOC : Chassagne-Montrachet, Chassagne-Montrachet premier cru et trois grands crus qui sont Montrachet, Bâtard Montrachet et Criots-Bâtard-Montrachet. De ces trois grands crus, seul Criots-Bâtard-Montrachet est situé entièrement sur la commune de Chassagne-Montrachet. Les deux autres grands crus, elle les partage avec sa prestigieuse voisine Puligny-Montrachet. Pour les trois grands crus, la production de vin blanc est exclusive.

En revanche, pour les appellations Chassagne-Montrachet et Chassagne-Montrachet premier cru, les vins blancs et les vins rouges en sont issus. L’appellation Chassagne-Montrachet premier cru compte 55 climats dont « Le Clos saint Jean », « En cailleret » et « Morgeot » pour ne citer que les plus célèbres. La dénomination géographique « Côte de Beaune » n’est valable que pour les vins rouges de l’appellation.

Les appellations Chassagne-Montrachet, Chassagne-Montrachet premier cru ainsi que les grands crus de la commune occupent une superficie de 343 ha. Installées sur le versant Sud de la vallée sèche de Saint Aubin, celle-ci sépare les grands crus du reste de l’appellation. L’appellation Chassagne-Montrachet est située sur des coteaux exposés à l’Est.

Sur le haut du versant, on retrouve le bois de Chassagne et une carrière de calcaire. Sur le haut du versant, la dalle calcaire est compacte au point que l’installation de la vigne y est impossible. En dessous de cette dalle, on retrouve des alternances de marne et de calcaire plus friable recouvert par des débris caillouteux. Ce sont des terroirs de Chassagne-Montrachet premier cru blanc. Lorsque l’on descend sur le versant, on observe des sols argileux mais toujours avec la présence de calcaire et de marne liés à la dégradation des reliefs supérieurs.

En bas de coteaux, sur le piémont les sols sont profonds et filtrants, riches en argile. Le soubassement calcaire de la Côte de Nuits réapparaît sur le terroir des premiers crus rouges de Chassagne. Le sol marno-calcaire est recouvert d’éboulis d’argile et de limons. La particularité du grand cru Criots-Bâtard-Montrachet est son exposition Sud/Sud- Ouest peu courante sur la région viticole de la Côte-d’Or.

Le climat est similaire au climat océanique frais contrebalancé par les influences méridionales et continentales. Le plateau des hautes côtes de Beaune abrite les vignes du vent du Nord ; ce qui leur confère un avantage thermique mais aussi une pluviométrie moindre.

Comment reconnaître un vin de Chassagne-Montrachet ?


Les Chassagne-Montrachet blancs présentent une robe jaune avec des reflets verts. Le nez présente une dominante florale avec des notes d’aubépine, d’acacia et de verveine. Des notes minérales, de noisettes et de beurre frais viennent complexifier ce nez. Le vieillissement de ce vin laisse apparaître des notes plus miellées. La bouche est moelleuse, opulente, puissante avec une sensation de gras. La vivacité apporte un bel équilibre en bouche.

Les Chassagne-Montrachet rouges ont une robe rouge pourpre. Le nez laisse s’évaporer des notes de fruits rouges (cerises, griottes, fraises), épicées et animales qui donnent une belle complexité. La bouche est concentrée, puissante marquée par un côté tannique.

Dans les deux cas ce sont des vins de garde. Les blancs peuvent également s’apprécier dans leur jeunesse.

Quel(s) plat(s) pour accompagner votre Chassagne-Montrachet ?


L’opulence et la puissance des vins blancs s’accorderont avec des viandes blanches telles que de la volaille ou du veau. Les poissons, les langoustes et le homard pourront être sublimés par ce vin. Il pourra aussi accompagner le foie gras cuit.

La bouche tannique et puissante des vins rouges accompagne l’agneau grillé, le rôti de porc et la volaille sauce curry. Les premiers crus pourront s’accorder avec du gibier à plumes.

Les grands millésimes à Chassagne-Montrachet


L’exposition des coteaux de Chassagne-Montrachet et leur avantage thermique, confèrent sur certains millésimes frais un petit avantage. On peut noter les millésimes suivants comme remarquables : 1928, 1929, 1937, 1945, 1947, 1949, 1953, 1959, 1961, 1962, 1966, 1969, 1971, 1978, 2005, 2006, 2009.

Les domaines de Chassagne-Montrachet à découvrir

Le Domaine Bruno Colin

Le Domaine est né de la division du domaine de ses parents Domaine Michel Colin-Deleger. Bruno Colin vinifie son premier millésime en 2004. Il exploite 8 premiers crus de Chassagne Montrachet dont « La Maltroie » en rouge et en blanc. Il établit un itinéraire de vinification qui permet au vin de laisser transparaître son terroir d’origine. Il démontre ainsi la typicité des climats.

Le Domaine Heitz-Lochardet

Domaine aujourd’hui dirigé par le petit-fils d’Armand Lochardet, Armand Heitz. Jusqu’en 2012, les vignes du domaine étaient travaillées en viticulture biologique par la maison Joseph Drouin qui achète ensuite les raisins. Depuis, Armand a entièrement repris le domaine et réalise l’entièreté des travaux viti-vinicoles. Sur ces terres, il applique les principes de la viticulture biologique et biodynamique mais il souhaite aller encore plus loin en appliquant l’agro écologie ou une agriculture régénératrice. Il vinifie entre autres 5 Chassagne-Montrachet 1er cru dont le fameux « En Morgot ».

Les appellations de Bourgogne