1

Actualités

Gagnez 10 euros par filleul 

Le parrainage sur Twil

Parrainez vos amis, ils recevront 10€ en utilisant votre code lors de l'inscription, et vous obtiendrez également une carte cadeau de 10€ lors de leur première commande. Plus vous parrainez, plus vous gagnez !

Retrouvez votre code sur twil.fr dans "Mon compte" ou dans le menu en haut à gauche de l'application Twil :

 

Lire la suite

Marions mer et vin ! 

Les accords mets & vins

“Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés…” ça y est, vous aussi vous avez la chanson dans la tête ?

 

À l’aube des beaux jours, des envies de produits de la mer vous rappellent que les vacances ne sont plus très loin … Et si Brigitte Bardot avait oublié un détail dans sa chanson ? Qu’est-ce qu’on boit avec ça ?

 

Nous avons ferré pour vous les pépites “coups de cœur” qui s’accorderont parfaitement avec vos produits de la mer. Il faut dire que depuis notre semaine au salon de l’agriculture aux côtés de nos amis de Poiscaille on a envie de prendre le large avec eux et voyager gustativement …

 

Alors levons l'ancre ensemble et voyons comment marier la mer & le vin !



Les accords vins et plateau de fruits de mer

 

Avec les coquilles Saint-Jacques :

 

La saison de la pêche s’arrête en avril, mais vous en trouverez sur les marchés jusqu’à la mi-mai.

L’idéal est de les accorder avec un vin très aromatique doté d’une belle longueur en bouche alliant rondeur et acidité comme le Viré Clessé 2016 du Domaine Auvigue en Bourgogne.

 

Avec les coquillages :

 

Amateur ou Amatrice des grandes marées, vous revenez avec votre bourriche pleine de palourdes et de coques, Le Chablis 2018 de Jean Marc Brocard en biodynamie rendra votre pêche encore plus belle grâce à sa fraîcheur et ses notes citronnées.

Autre option pour accompagner vos crustacés, Le Doré des Bernardins 2016 du domaine des Bernardins dans le Vaucluse va également à coup sûr mettre en valeur vos petites pépites de la mer grâce à sa vivacité en bouche.

 

Avec le homard :

 

Pour les plus chanceux qui pourront orner leur plateau d’un homard, on vous présente une pépite que nos amis de Poiscaille ont adoré ...  le vin blanc L. D'ange d'Alexandre Bain 2014 en biodynamie. Si vous voulez vous faire vraiment plaisir, son prix en vaut la chandelle avec ses notes de fleurs blanches et un final fumé surprenant et éclatant.

 

Avec les huîtres :

 

Pour les plus iodées d’entre elles, celles qu’on trouve actuellement en Bretagne, à Arcachon ou même à Thau en Occitanie, on peut évidemment déboucher une bouteille de Muscadet du Domaine Jo Landron Amphibolite 2017. Ce vin blanc bénéficie d’un élevage sur lies* pendant 4 mois, ce qui lui donne une finesse aromatique rare.

 

Pour des huîtres plus douces et plus charnues que l’on peut dénicher du côté de Marennes Oléron par exemple, un Sancerre Blanc 2017 Les grands champs du Domaine Fouassier peut très bien convenir pour son côté souple, fruité et plus gourmand.



Les accords vins et poissons

 

Pour les poissons blancs à la chair délicate et raffinée, comme le lieu jaune ou le merlu, le Sylvaner 2015 de Albert Hertz  en Alsace convient parfaitement grâce à la fraîcheur qu’il dégage et également grâce à la belle longueur en bouche qu’il possède.

Les poissons à la chair plus dense, comme le maigre ou la dorade peuvent se marier parfaitement avec le Vouvray Tuffo 2014 du Domaine Michel & Damien Pinon pour son côté plus incisif par exemple.



Les accords vins et produits de la mer audacieux

 

Vous aimez surprendre vos amis ? Nous n'allions pas boucler cet article sans vous proposer d’étonnants accords !

 

Un vin rouge :

 

Le Bourgueil 2014 Bio du Château de Minière s’associe de très belle manière avec un carpaccio de thon délicatement préparé. Ce vin a de belles caractéristiques aromatiques pour accompagner ce poisson plutôt gras, ses notes de framboises et de cassis raviront vos papilles à coup sûr.

 

Un vin rosé :

 

Le Rosé Côtes-de-Provence Figuière Première 2018, gourmand et minéral à la fois, aux arômes de fraises et de poivre, s’allie subtilement avec un plat de poulpe cuisiné à la provençale.



Vous n’avez pas le temps de pêcher et vous habitez loin du grand bleu mais vous aimez les produits de la mer frais ? Nos amis de Poiscaille vous livrent !

Leur spécialité : le Casier de le Mer, l’équivalent du panier de légumes en version marine. En direct des pêcheurs français, ils ne jurent que par leur devise : Frais, Durable, Ethique.

Dans une démarche très respectueuse du milieu aquatique et de l’environnement, ils vont vous faire chavirer de bonheur grâce à leurs butins insoupçonnés.

Il suffit de s’inscrire à une formule pour 1, 2 ou 4 fois par mois, sans engagement, et la veille de votre Casier vous pourrez choisir parmi 5 à 15 propositions pour coller parfaitement à votre cave.

La bonne nouvelle c’est qu’ils vous font profiter du code promo. Pour toute inscription avec le code TWIL, le 1er Casier est offert !

J’EN PROFITE !


* Technique de conservation des vins visant à laisser les levures issues de la fermentation pendant le vieillissement.

Lire la suite

Négociants & Courtier, le modèle Bordelais 

Les métiers du vin

Dans le paysage viticole Français, Bordeaux fait figure d'exception. Par le prestige et les controverses autour de son vignoble d'une part, mais également du fait de son système de commercialisation, unique en son genre. En effet, du plus petit château aux Grand Cru Classé, ce n'est pas moins de 70% des propriétés qui font appel aux services des quelques 300 négociants de la mystérieuse Place de Bordeaux... Mais que font-ils exactement ces négociants ?

 

Le métier de négociant en vin 

Le métier de négociant n'est pas récent puisqu'il est né vers le XIème siècle. A cette époque, l'Angleterre était un client de choix pour les vins de Bordeaux. En tant qu'excellents dégustateurs et fins connaisseurs des goûts de leurs clients, les négociants avaient pour rôle de sélectionner des vins en vrac, puis d’achever leur élaboration. Ils étaient les garants de la qualité et de la régularité des vins. Les acheteurs avaient ainsi une quasi assurance que le vin qu'ils avaient apprécié serait tout aussi bon l'année d'après, et ce malgré les aléas de production (climat notamment) ! Une promesse inédite qui a permis une très grande fidélité des consommateurs.

L'activité de négociant-éleveur existe encore aujourd'hui, même si certains négociants ont délaissé la partie élevage (dernière étape de production du vin) pour se concentrer sur la commercialisation (vente de vins vinifiés, élevés et mis en bouteille par les Châteaux eux-mêmes, sous leur nom propre). Pour exporter, ce sont 80% des propriétés qui ont recourt aux négociants.

 

Autre métier propre aux vins de Bordeaux : courtier

Tout aussi vieux que celui du négociant, il est un autre métier indispensable au commerce des vins de Bordeaux : celui, moins connu, du courtier.

Si le négociant connaît très bien son client, le courtier quant à lui est un expert du terroir, au plus proche des viticulteurs. Il évalue la qualité de la récolte, négocie les prix puis propose aux négociants les lots qui lui semblent le mieux correspondre aux attentes de chacun. Les courtiers ayant une vision au plus proche du vignoble, ils jouent également un rôle important dans la cotation générale des vins de Bordeaux.

En résumé, ce fonctionnement permet à plus de 3000 châteaux bordelais d'être représentés par un expert de leurs vins : le courtier. Le courtier concilie les attentes des propriétés et les besoins des négociants, qu'eux-mêmes ont établis en suivant les envies de leurs clients. Une chaîne complexe, mais qui garantit la prise en compte des souhaits de chacun !

 

Vous désirez maintenant en découvrir les secrets ? Si vous passez par Bordeaux, n'hésitez pas à aller visiter le Musée du Vin et du Négoce, les subtilités de ce commerce particulier se dévoileront pour vous ! Il faut enfin savoir que les négociants et courtiers jouent un rôle capital au moment des Primeurs de Bordeaux.

 

Par Dalkia Loves Wine (http://dalkialoveswine.com/)

Lire la suite

Comment bien conserver son vin 

Aménagez des conditions idéales : les règles d'or à respecter

Vous commencez à aménager votre cave à vin ? Trouver les bonnes bouteilles n’est pas tout : il est essentiel de prévoir les conditions parfaites pour bien les conserver et leur laisser le temps d’arriver à maturité. Pour cela, suivez notre guide sur la conservation du vin !

 

Aménagez des conditions idéales

 

La bonne température

 

Pour bien conserver son vin, la première étape est d’aménager l’emplacement idéal. Le principal critère est celui de la température, qui doit être régulée, stable et se situer entre 10 et 15 degrés. En-dessous, le bouchon va durcir et perdre son élasticité, laissant entrer de l’air dans la bouteille et transformant le vin… en vinaigre ! Au-dessus, au contraire, le vin vieillira trop vite.

 

Pensez bien que le vin est un produit vivant, qui évolue et vieillit ; s’il n’est pas conservé dans de bonnes conditions, ce vieillissement se fait prématurément, et il perdra tout ce qui faisait son charme. Il n’est même rien de pire qu’une variation des températures, qui abîme irrémédiablement le vin.

 

Dans l’idéal, vous devez donc aménager une pièce à part qui réponse à ces caractéristiques très spécifiques. Cela implique notamment de la doter des sources d’énergie nécessaires pour en réguler la température, l’humidité et la luminosité. Pour cela, souscrivez une offre d’électricité adéquate qui vous permet d’ajuster la température de votre cave sans faire sauter les plombs.

 

Trouvez le bon fournisseur d’électricité

 

Sachez que vous avez l’embarras du choix pour trouver justement cette offre parfaite. Il existe en France de nombreux fournisseurs d’électricité car vous avez la chance de vous trouver dans un marché ouvert à la concurrence. Cela vous donne la liberté de comparer les différents abonnements à l’électricité. Vous trouverez facilement des comparateurs de fournisseurs d’électricité sur internet.

 

Une cave à vin induisant une consommation supplémentaire pour votre logement, n’hésitez pas à chercher un fournisseur d’électricité moins cher pour faire des économies. De nombreuses options s’offrent à vous : opter pour une offre classique bien sûr, mais aussi considérer une offre verte pour réinjecter l’équivalent de cette consommation importante en énergie renouvelable.

 

Respectez les facteurs de conservation

 

Si la température est l’un des critères principaux pour aménager des conditions idéales pour votre vin, il faut aussi respecter d’autres facteurs :

  • Un taux d’humidité stable, entre 65 et 75% d’humidité. Avec un taux plus bas, le bouchon sèche et de l’air peut entrer dans la bouteille ; s’il est trop haut, le bouchon peut pourrir.
  • Pas de luminosité : une lumière directe, qu’elle soit naturelle ou artificielle, accélère le vieillissement du vin et sa couleur va progressivement brunir, un phénomène qui se remarque surtout chez les vins blancs, mais qui s’applique aussi aux vins rouges.
  • Pas de vibrations : on le sait moins, mais le vin est aussi sensible aux vibrations, et c’est même une des règles importantes de la conservation du vin, comme vous pouvez le voir ici. Les vibrations empêchent le vin de se reposer et de vieillir lentement, et trop de stress le rendrait proprement imbuvable.

 

Bien stocker le vin

 

En fait, plusieurs possibilités s’offrent à vous pour éviter un mauvais stockage, même temporaire, et toutes n’impliquent pas nécessairement d’avoir une pièce supplémentaire à disposition ou d’en aménager une, même si cela reste la solution idéale.

 

Vous pouvez également opter pour les possibilités suivantes :

  • Une cave de conservation : elles sont généralement de petite taille avec une contenance de quelques bouteilles (20 maximum). C’est une cave d’appoint pour conserver correctement vos bouteilles, à condition de ne pas les y laisser trop longtemps, car ce n’est pas une cave de vieillissement. Elles disposent d’un réglage de la température. L’avantage, c’est sa taille, elle est relativement petite et s’intégrera bien dans une cuisine ou un salon grâce à son design généralement épuré et discret.
  • Une cave de vieillissement : elles sont généralement assez grandes (la taille d’un gros réfrigérateur) avec une capacité qui peut aller jusqu’à 300 bouteilles. Disposant d’un réglage de la température et de l’humidité et bloquant toute source de lumière, elles sont parfaites pour le vieillissement du vin, les bouteilles peuvent y rester pendant plusieurs années. Il faut de la place pour caser ce « meuble », mais comme les caves de conservation, elles sont généralement assez design et peuvent très bien s’intégrer dans votre salon ou votre cuisine.
  • Enfin, la location de cave : vous pouvez louer un espace de stockage dans une cave généralement naturelle (creusée dans la roche) afin de conserver certains de vos vins (les plus chers, ceux qui doivent vieillir le plus, ceux que vous voulez protéger durant le déménagement…)

 

Si vous avez la chance de pouvoir consacrer une pièce à votre cave à vin, assurez-vous seulement qu’elle soit équipée d’un bon verrou, car on ne sait jamais… Et n’oubliez pas que bien gérer sa cave, c’est aussi savoir ce qu’on a dedans, ce qui peut ou doit être bu et ce qui doit ou peut encore vieillir.



Lire la suite

Un Rasteau pour Noël 

Nos suggestions d'accords mets et vin

On vous emmène dans le Sud de la Vallée du Rhône, à la découverte d’un terroir reconnu mais malheureusement trop méconnu, où les vins ont de la personnalité, de la prestance et, pour tout dire, de l’élégance : à découvrir Rasteau, Cru des Côtes du Rhône.

 

Rasteau est situé dans le département du Vaucluse entre Orange et Vaison-la-Romaine, les producteurs de l’appellation Rasteau produisant deux types de vins : Le Rasteau rouge est produit exclusivement sur la commune de Rasteau, et les vins doux naturels sous l’appellation spécifique Rasteau VDN (Blanc, Rosé, Grenat, Ambré, Tuilé, Rancio).

Principalement issus des cépages Grenache, Syrah et Mourvèdre le Rasteau rouge est un vin intense, charpenté, parfois tannique et surtout très aromatique : des notes de fruits noirs et de violette, parfois de fruits confits le tout relevé par un soupçon d’épices. Le Rasteau VDN Grenat quant à lui présente des arômes de fruits noirs bien mûrs, des épices, des notes de sous–bois et de cacao formant un tout charpenté toujours très velouté.

 

L’accord parfait, l’accord classique ?

A vin intense et charpenté, nous dirons donc plats tout aussi intenses et aromatiques. Traditionnellement, le Rasteau rouge se marie parfaitement bien avec le gibier : sanglier, chevreuil, faisan, perdrix… Des viandes de caractères avec des arômes puissants généralement cuisinées en daube, en civet, en terrine ou tout simplement rôties au four, sublimées par des épices et des aromates : une véritable symphonie aromatique avec le Rasteau rouge, si ample, si souple, si dense, si fruité.

Le vin sublime le plat et vice-versa, c’est un accord parfait.

 

Et si on sortait des sentiers battus ?

Le Rasteau se mariera tout aussi parfaitement avec d’autres plats même si l’accord vous semblera, de prime abord, parfaitement improbable. Si vous voulez sortir des sentiers battus et étonner vos convives avec un Rasteau pendant les repas des fêtes, suivez nos propositions en collaboration avec l’AOC des vins de Rasteau.

 

On met l’accent sur le plat principal. Oui c’est quand même la clé d’un repas réussi. Et on vous propose bœuf ou canard, en fonction de vos envies

 

Le Bœuf Wellington

Suggestion originale, n’est-il pas ? Voici un plat qui donne envie de cuisiner avec amour pour la famille, une belle viande rouge enveloppée dans une pâte feuilletée délicatement dorée au four sous laquelle se cache une duxelles de champignons, de châtaignes, de petits lardons et quelques épices…

 Accompagné d’un…Rasteau rouge, exactement ! Pour son caractère fruité (fruits noirs bien mûrs) et épicé, son côté dense et charpenté, la souplesse de ses tanins et sa longueur en bouche qui iront à merveille avec la délicatesse du filet de bœuf. Un vin à servir à température ambiante et sans carafage.

 

Le canard mariné à l’aigre doux et son tartare de mangue au citron vert

 

Toujours plus original pour un repas de Noël, mais quel régal en perspective ! Pour le réveillon, ce sera un magret de canard du Sud-Ouest mariné à l’aigre douce (miel, vin doux, épice) et servi finement tranché avec un tartare de mangue, très frais et fruité relevé par le citron vert.

Ici, un plat avec un soupçon de sucre appelle un Rasteau VDN doré, sans aucun doute : ses arômes d’épices, de cacao et de vanille vont se fondre avec celle, plus puissante, du canard et celles, plus délicates, du tartare. Il devra être servi frais (5-7 °C). 

Si vous en voulez davantage : Macarons de saumon et crème de chèvre citronnée et macarons poire belle Hélène.

Ou le dessert : Marquise chocolat au croustillant de noix & coulis de quetsches au vin doux naturel

 

Vous allez vous régaler ! Et ce sera une belle occasion de faire connaître à vos proches les délices des vins de Rasteau sur des accords mets / vins absolument extraordinaires.

Bonnes fêtes et bonne dégustation, toujours avec modération.

Lire la suite