Actualités

Comment bien conserver son vin 

Les règles d'or à respecter

Vous commencez à aménager votre cave à vin ? Trouver les bonnes bouteilles n’est pas tout : il est essentiel de prévoir les conditions parfaites pour bien les conserver et leur laisser le temps d’arriver à maturité. Pour cela, suivez notre guide sur la conservation du vin !

 

Aménagez des conditions idéales

 

Pour bien conserver son vin, la première étape est d’aménager l’emplacement idéal. Pour cela, il faut respecter un certain nombre de critères fondamentaux. Le principal est celui de la température, qui doit être régulée, stable et se situer entre 10 et 15 degrés. En-dessous, le bouchon va durcir et perdre son élasticité, laissant entrer de l’air dans la bouteille et transformant le vin… en vinaigre ! Au-dessus, au contraire, le vin vieillira trop vite.

 

Dans l’idéal, vous devez donc aménager une pièce à part qui réponde à ces caractéristiques très spécifiques. Cela implique notamment de la doter des sources d’énergie nécessaires pour en réguler la température, l’humidité et la luminosité. Pour cela, souscrivez une offre d’électricité adéquate qui vous permet d’ajuster la température de votre cave sans faire sauter les plombs ; vous pouvez notamment vous aider de cette page.

 

Pensez bien que le vin est un produit vivant, qui évolue et vieillit ; s’il n’est pas conservé dans de bonnes conditions, ce vieillissement se fait prématurément, et il perdra tout ce qui faisait son charme. Il n’est même rien de pire qu’une variation des températures, qui abîme irrémédiablement le vin.

 

Ensuite, outre l’importance de la température, d’autres facteurs de conservation doivent être respectés :

  • Un taux d’humidité stable, entre 65 et 75% d’humidité. Avec un taux plus bas, le bouchon sèche et de l’air peut entrer dans la bouteille ; s’il est trop haut, le bouchon peut pourrir.
  • Pas de luminosité : une lumière directe, qu’elle soit naturelle ou artificielle, accélère le vieillissement du vin et sa couleur va progressivement brunir, un phénomène qui se remarque surtout chez les vins blancs, mais qui s’applique aussi aux vins rouges.
  • Pas de vibrations : on le sait moins, mais les vibrations empêchent le vin de se reposer et de vieillir lentement, et trop de stress le rendrait proprement imbuvable.

 

Bien stocker le vin

 

En fait, plusieurs possibilités s’offrent à vous pour éviter un mauvais stockage, même temporaire, et toutes n’impliquent pas nécessairement d’avoir une pièce supplémentaire à disposition ou d’en aménager une, même si cela reste la solution idéale. Vous pouvez également opter pour les possibilités suivantes :

  • Une cave de conservation : elles sont généralement de petite taille avec une contenance de quelques bouteilles (20 maximum). C’est une cave d’appoint pour conserver correctement vos bouteilles, à condition de ne pas les y laisser trop longtemps, car ce n’est pas une cave de vieillissement. Elles disposent d’un réglage de la température. L’avantage, c’est sa taille, elle est relativement petite et s’intégrera bien dans une cuisine ou un salon grâce à son design généralement épuré et discret.
  • Une cave de vieillissement : elles sont généralement assez grandes (la taille d’un gros réfrigérateur) avec une capacité qui peut aller jusqu’à 300 bouteilles. Disposant d’un réglage de la température et de l’humidité et bloquant toute source de lumière, elles sont parfaites pour le vieillissement du vin, les bouteilles peuvent y rester pendant plusieurs années. Il faut de la place pour caser ce « meuble », mais comme les caves de conservation, elles sont généralement assez design et peuvent très bien s’intégrer dans votre salon ou votre cuisine.
  • Enfin, la location de cave : vous pouvez louer un espace de stockage dans une cave généralement naturelle (creusée dans la roche) afin de conserver certains de vos vins (les plus chers, ceux qui doivent vieillir le plus, ceux que vous voulez protéger durant le déménagement…).

Si vous avez la chance de pouvoir consacrer une pièce à votre cave à vin, assurez-vous seulement qu’elle soit équipée d’un bon verrou, car on ne sait jamais…

Et n’oubliez pas que bien gérer sa cave, c’est aussi savoir ce qu’on a dedans, ce qui peut ou doit être bu et ce qui doit ou peut encore vieillir.

Lire la suite

Un Rasteau pour Noël 

Nos suggestions d'accords mets et vin

On vous emmène dans le Sud de la Vallée du Rhône, à la découverte d’un terroir reconnu mais malheureusement trop méconnu, où les vins ont de la personnalité, de la prestance et, pour tout dire, de l’élégance : à découvrir Rasteau, Cru des Côtes du Rhône.

 

Rasteau est situé dans le département du Vaucluse entre Orange et Vaison-la-Romaine, les producteurs de l’appellation Rasteau produisant deux types de vins : Le Rasteau rouge est produit exclusivement sur la commune de Rasteau, et les vins doux naturels sous l’appellation spécifique Rasteau VDN (Blanc, Rosé, Grenat, Ambré, Tuilé, Rancio).

Principalement issus des cépages Grenache, Syrah et Mourvèdre le Rasteau rouge est un vin intense, charpenté, parfois tannique et surtout très aromatique : des notes de fruits noirs et de violette, parfois de fruits confits le tout relevé par un soupçon d’épices. Le Rasteau VDN Grenat quant à lui présente des arômes de fruits noirs bien mûrs, des épices, des notes de sous–bois et de cacao formant un tout charpenté toujours très velouté.

 

L’accord parfait, l’accord classique ?

A vin intense et charpenté, nous dirons donc plats tout aussi intenses et aromatiques. Traditionnellement, le Rasteau rouge se marie parfaitement bien avec le gibier : sanglier, chevreuil, faisan, perdrix… Des viandes de caractères avec des arômes puissants généralement cuisinées en daube, en civet, en terrine ou tout simplement rôties au four, sublimées par des épices et des aromates : une véritable symphonie aromatique avec le Rasteau rouge, si ample, si souple, si dense, si fruité.

Le vin sublime le plat et vice-versa, c’est un accord parfait.

 

Et si on sortait des sentiers battus ?

Le Rasteau se mariera tout aussi parfaitement avec d’autres plats même si l’accord vous semblera, de prime abord, parfaitement improbable. Si vous voulez sortir des sentiers battus et étonner vos convives avec un Rasteau pendant les repas des fêtes, suivez nos propositions en collaboration avec l’AOC des vins de Rasteau.

 

On met l’accent sur le plat principal. Oui c’est quand même la clé d’un repas réussi. Et on vous propose bœuf ou canard, en fonction de vos envies

 

Le Bœuf Wellington

Suggestion originale, n’est-il pas ? Voici un plat qui donne envie de cuisiner avec amour pour la famille, une belle viande rouge enveloppée dans une pâte feuilletée délicatement dorée au four sous laquelle se cache une duxelles de champignons, de châtaignes, de petits lardons et quelques épices…

 Accompagné d’un…Rasteau rouge, exactement ! Pour son caractère fruité (fruits noirs bien mûrs) et épicé, son côté dense et charpenté, la souplesse de ses tanins et sa longueur en bouche qui iront à merveille avec la délicatesse du filet de bœuf. Un vin à servir à température ambiante et sans carafage.

 

Le canard mariné à l’aigre doux et son tartare de mangue au citron vert

 

Toujours plus original pour un repas de Noël, mais quel régal en perspective ! Pour le réveillon, ce sera un magret de canard du Sud-Ouest mariné à l’aigre douce (miel, vin doux, épice) et servi finement tranché avec un tartare de mangue, très frais et fruité relevé par le citron vert.

Ici, un plat avec un soupçon de sucre appelle un Rasteau VDN doré, sans aucun doute : ses arômes d’épices, de cacao et de vanille vont se fondre avec celle, plus puissante, du canard et celles, plus délicates, du tartare. Il devra être servi frais (5-7 °C). 

Si vous en voulez davantage : Macarons de saumon et crème de chèvre citronnée et macarons poire belle Hélène.

Ou le dessert : Marquise chocolat au croustillant de noix & coulis de quetsches au vin doux naturel

 

Vous allez vous régaler ! Et ce sera une belle occasion de faire connaître à vos proches les délices des vins de Rasteau sur des accords mets / vins absolument extraordinaires.

Bonnes fêtes et bonne dégustation, toujours avec modération.

Lire la suite

Faut-il aérer le vin avant de le servir ? 

L’air & le vin, pour le meilleur et pour le pire

On a tous en tête l’image du vin qui tourne délicatement dans le verre, une promesse d’arômes… Une belle image d’Épinal n’est-ce pas ? Mais aussi théâtrale soit-elle, l’aération du vin est une nécessité et nous allons vous expliquer pourquoi.

 

C’est pas sorcier !

La clef, c’est l’air. En fonction de leur style, du ou des cépages utilisés, certains vins présentent des arômes plus ou moins perceptibles quand on ouvre la bouteille. Les arômes, molécules complexes, sont bien présents mais endormis, il faut les réveiller… avec de l’air ! Une fois combinés à l’oxygène, les arômes sont oxydés et libèrent ainsi leur parfum.

 

Quand devons–nous aérer un vin ?

Tous les vins ne sont pas égaux face à l’oxygène :

-    Les vins très tanniques doivent généralement être aérés. Les Médoc, par exemple, dont le  principal cépage est le Cabernet Sauvignon, sont souvent charpentés et tanniques et ne seraient agréables ni au nez, ni en bouche sans aération.

Les arômes apparaîtront progressivement, d’abord timidement, puis de plus en plus au fur et à mesure de la dégustation. Le vin évoluera aussi, il vous semblera plus souple, plus facile à boire.

-    Et inversement, les vins très fruités, faits pour être bus jeunes, n’auront généralement pas besoin d’aération (ou très peu). On peut citer comme exemples les rouges fruités de la vallée de la Loire et du Beaujolais (cépage Gamay), et les délicats Bourgogne rouges (cépage Pinot Noir) qui s’oxydent très rapidement lorsqu’on les remue dans le verre, perdant leurs arômes de fruit, jusqu’à parfois littéralement tourner au vinaigre.

- Et puis vous avez les intermédiaires, on peut les aérer ou pas, ou un peu mais pas trop… Certains rouges de Touraine, par exemple, il n’y a pas de règles pour eux, ouvrez, goûtez et faites-vous votre avis.

 

Mais le cépage n’est pas le seul paramètre…

-    Le millésime : Certains vins jeunes ont besoin d’air pour s’ouvrir, mais certains vins vieux aussi… Dommage.

-    La vinification : C’est la façon de produire du vin, elle influe sur le style (fruité ou concentré), impliquant ou pas d’aérer.

-    La couleur ! Eh oui, les vins blancs sont très sensibles à l’oxydation, même une légère aération va modifier leurs arômes, et pas dans le bon sens…Donc non, on n’aère pas un vin blanc, pas plus qu’on ne le carafe.

 

Une solution s’il vous plaît !

Aveine, une start-up française de la WineTech, s’est justement penché sur la question. Ensemble ils ont créé le premier aérateur de vin connecté ! On place l’aérateur sur le goulot de la bouteille, on scanne l’étiquette et on sert le vin, c’est aussi simple que ça. Selon le vin servi, l’aérateur insuffle instantanément la quantité d’air nécessaire. Le vin est donc immédiatement prêt à être dégusté !

 

Aérer ou ne pas aérer ? Telle est la question… Nous espérons que ces quelques conseils vous aideront à y voir plus clair ! Bonne dégustation, mais toujours avec modération.

Lire la suite

Vins et Champagnes de grandes maisons 

Quels vins de prestige offrir à Noël ?

Noël, ou le réveillon du nouvel an, quelle meilleure occasion pour sortir les belles bouteilles et faire son petit effet auprès de ses proches ? On vous a fait une sélection de vins et champagnes des plus belles maisons de nos offres de Fêtes. Idéal à offrir ou à ouvrir le jour J pour faire son "petit effet" ;-)

Lire la suite

Idées cadeaux : les vins prêts à boire 

Quels vins à parfaite maturité offrir à Noël ?

Cher Père Noël comme j’ai vraiment été très très sage, j’ai souhaité que tu m’apportes des vins de garde, mais je me connais, je ne sais pas si je vais pouvoir attendre, tu sais que je suis un gourmand impatient. Alors s’il te plaît, est – ce que tu pourrais m’apporter aussi des vins prêts à boire ?

Merci Père Noël

Lire la suite