1

Les suggestions de l'équipe Twil en région Provence

    ​ ​ ​
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. ​ ​
La région Provence

La Provence, région des rosés éternels. Mondialement plébiscités, ils se dégustent à l'ombre d'une tonnelle, au doux son des grillons. Mais la région est pleine de surprises, et on y trouve aussi d'excellents rouges et des blancs aux accents sensuels. La beauté de la Provence est légendaire, et les vins auxquels elle donne naissance fleurent bon le soleil et illustrent parfaitement son éclat. Les vins de Provence se déclinent en rouge, rosé et blanc et reflètent à merveille les paysages dont ils sont issus, ponctués de pinèdes, d’oliveraies, de champs de lavande et d’embruns. Le vignoble de Provence compte neuf AOC réparties sur les départements des Alpes-Maritimes, des Alpes-de-Haute-Provence, du Var et des Bouches-du-Rhône. Il produit en moyenne 55 hl/ha de vins marqués par des caractéristiques qui leur sont propres, notamment grâce à une grande hétérogénéité des terroirs.

L’histoire du vignoble de Provence et de ses vins


Les Grecs de Phocée sont les premiers à cultiver la vigne en Gaule lorsqu’ils fondent Massalia, l’actuelle Marseille, dès 600 avant J.-C. Après l’effondrement de l’Empire Romain, les prestigieux vignobles du territoire provençal reviennent au clergé. C’est à cette époque que les premières traces écrites concernant des vignes de Provence apparaissent. Rapidement, les aires de production se définissent et, au fur et à mesure, des AOC à la renommée désormais indéniable voient le jour pour mieux représenter les différences parfois marquées entre les zones de culture.

La multiplicité des terroirs de Provence

Géographie et géologie des vins de Provence

Les vins de Provence, souvent rosés, sont un clin d’œil frais et agréable aux reliefs des Préalpes qui forment la toile de fond des sublimes paysages au cœur desquels les vignes sont cultivées. Mais la Provence, c’est aussi la Méditerranée, et la beauté de ses côtes où les vignes cohabitent avec les champs de lavande, les pinèdes et les oliveraies.

La composition des sols varie, mais présente toujours une certaine quantité de sédiments marins. Dans le Tanneron ainsi que dans le Massif de Maures, des sables alluviaux complètent un sol composé de grès, de phyllades, de schistes et de granit. Plus argileuse, la Montagne Sainte-Victoire présente des sols calcaires. Les marnes du jurassique sont davantage observées à Bandol et près du Bassin du Beausset. Cette grande diversité fait toute la multiplicité des vins de Provence.

Climat

La Provence est, avant tout, célèbre pour son climat qui peut sembler représenter l’archétype du climat méditerranéen. Et pourtant, la région connaît en réalité plusieurs méso-climats différents. Dans le Pierrevert, par exemple, les précipitations atteignent 720 mm par an, tandis que dans la région d’Avignon, elles dépassent rarement 465,4 mm par an. A l’inverse, la température annuelle moyenne dans cette ville est de 14,7 °C, alors qu’elle s'élève presque à 16 °C à Toulon. L’ensoleillement est bien entendu très important pour la production de ces vins de Francev, avec 2 700 heures par an, et les écarts de températures ne sont pas brutaux. Cependant, le vent balaye fréquemment la région et les rafales peuvent atteindre 118 km à l’heure !

Les AOC du vignoble de Provence


Les neuf AOC réparties sur le vignoble font la renommée des vins de Provence.

L’appellation Côtes-de-Provence

Elle concerne 84 communes distribuées entre le Var, les Bouches-du-Rhône et les Alpes-Maritimes. Il s’agit de la plus grande du vignoble. L’AOC comprend le massif des Maures, 25 communes entre Toulon et Saint-Raphaël, le bassin du Beausset et le haut bassin de l’Arc. Elle produit des vins de Provence rouges et rosés ayant pour cépages principaux grenache, mourvèdre, cinsault, tibouren et syrah. Pour les blancs, clairette, vermentino, sémillon et ugni blanc participent aux mélanges.

Depuis 1956, l’AOC Coteaux-d’Aix-en-Provence, située sur la partie occidentale de la Basse Provence, produit des vins rosés légers et fruités à partir de cépages similaires auxquels viennent s’ajouter counoise, carignan et cabernet sauvignon. Ces vins de Provence rosés représentent 70 % de la production de l’appellation.

L’AOC Coteaux-Varois

Cette appellation est plus récente (1993, modifiée en 2005). Elle a recours aux cépages grenache, cinsault, mourvèdre et syrah dont deux doivent être présents à au moins 80 % dans les mélanges rouges et rosés. Les premiers sont bien équilibrés et tout en nuances, et les seconds fruités, aux notes de framboise et de fruits blancs.

L’appellation Bandol

Elle Concerne huit communes couvrant le bassin du Beausset. Les vins de Provence de cette AOC, en rouge et en rosé, doivent contenir au moins 50 % de mourvèdre, offrant des vins nobles et puissants pour les premiers, et permettant une excellente conservation des seconds. Les autres appellations sont Coteaux-des-Baux, Pierrevert, Bellet, Cassis et Palette, chacune apportant à ses vins de Provence des caractéristiques particulières. Bien connues pour leurs rosés, ces AOC offrent également des vins rouges de superbe qualité, et des vins blancs à découvrir.

Bon à savoir

Producteurs

728 producteurs listés

Production

160 millions de bouteilles/an (88,5% rosé, 8% rouge, 3,5% blanc)

Surface

26 000 ha

Sols et sous-sols

Cristallin et calcaire

Cépage

Rouges et rosés : Syrah, grenache, cinsault, tibouren, mourvèdre, carignan, cabernet-sauvignon pour les rouges et rosés

Blancs : Rolle, ugni blanc, clairette, sémillon, doillon pour les blancs