1

Vins Pauillac

La ville portuaire de Pauillac, qui donne son nom à l'appellation, compte 18 grands crus classés et trois premiers grands crus parmi les cinq premiers grands crus classés en 1855. Son implantation permet au commerce du vin de prospérer dès le XVIIe siècle. En effet, le caractère d'exception des vins de la région a bien vite contribué à leur notoriété. Voir plus sur Pauillac

    ​ ​ ​
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. ​ ​
L'appellation Pauillac

Stendhal vantait déjà le terroir de Pauillac


La culture de la vigne commence à se développer à Pauillac aux XIV et XVe siècles, mais c'est au XVIIIe siècle qu'elle prend vraiment son essor. Lors de la révolution industrielle, et grâce à sa situation au bord de la Gironde, Pauillac est le point de départ des paquebots transatlantiques à destination des Amériques. Notamment, en 1777, le marquis de La Fayette y prend le large afin de secourir le peuple américain durant la Guerre d'indépendance.

Comme dans l'ensemble du Bordelais, la prospérité des vignes de Pauillac est stoppée dans son élan par la crise du phylloxera en 1879 et celle causée par le mildiou en 1882. Elle mettra près d'un siècle à s'en remettre, et c'est à partir des années 50 et 60, qu'elle connaîtra enfin une véritable renaissance.

L'aspect de la ville et de ses quais reflète encore l'âge d'or des XVIIIe et XIXe siècles. Stendhal, impressionné par sa beauté, la décrivait ainsi : « Nous apercevons tout à coup, sur la gauche de la rivière, huit à dix belles maisons à trois étages qui ont l’air d’opulentes maisons de campagne : c’est Pauillac. » L'appellation aux 18 grands crus classés est validée par le décret du 14 novembre 1936, qui en définit alors le cahier des charges.

En effet, 18 châteaux de Pauillac figurent dans le classement de 1855 des grands crus classés, parmi eux, trois sont élus premiers grands crus classés, les châteaux Lafite- Rothschild, Latour et Mouton-Rothschild.

L'appellation Pauillac comptabilise 18 crus classés


L’AOC Pauillac, située sur la rive gauche de la Gironde, et exposée à des conditions climatiques et géologiques exceptionnelles, produit de très grands vins. L'aire d'appellation comprend 1.200 hectares de vignes et produit chaque année 54.000 hectolitres de vin rouge. Notons que Mouton-Rothschild produit également un vin blanc.

Les crus classés représentent 85 % de la production de l'appellation. Situés sur une croupe de graves, ses vignobles sont plantés de cabernet-sauvignon associé au merlot et, en moindre proportion, au petit verdot et au malbec. L'aire d'appellation Pauillac s'étend sur la rive gauche de l'estuaire de la Gironde, sur une bande de terre de sept kilomètres de longueur et quatre kilomètres de largeur. Elle est limitée au Nord par la jalle du Breuil et au Sud par le ruisseau de Juillac. Sur la commune de Pauillac, elle comprend également quelques parcelles situées sur les communes de Cissac-Médoc, Saint-Estèphe, Saint-Julien-Beychevelle et Saint-Sauveur, comme défini par le cahier des charges de l'appellation.

Le vignoble est situé sur des terrasses graveleuses quaternaires, recouvertes de graves garonnaises et réparties en croupes aux dénivelés variables, entre 3 et 30 mètres environ. Notamment, le château Lafite-Rothschild culmine à une altitude de 30 mètres au-dessus de la jalle du Breuil et du marais de Lafite, et le château Mouton-Rothschild siège également à 30 mètres d'altitude. Les croupes ont un drainage optimal et les eaux s'écoulent naturellement vers les marais et les ruisselets au bas des pentes, qui les entraînent vers la Gironde.

Le château Latour repose en revanche sur un sous-sol plus argileux que calcaire. Et ses graves sont d'une qualité remarquable. Datant du Quaternaire, elles accumulent la chaleur du soleil pendant la journée, qu'elles restituent au cours de la nuit, jouant ainsi le rôle de régulateur thermique. Elles sont très propices aux cépages de cabernet franc et de cabernet-sauvignon. Le merlot, lui, s'épanouit plutôt sur les territoires argileux. L'encépagement est d'environ 70 à 80 % de cabernet-sauvignon et dans une moindre mesure de cabernet franc, carmenère, merlot, malbec et petit-verdot.

Les vins de Pauillac ont un potentiel de garde exceptionnel


La robe des vins rouges Pauillac est très caractéristique des Bordeaux, car elle offre une couleur rubis teintée de reflets violacés.

La bouche est ample et souple, l'attaque est d'une grande puissance. Les tanins sont fins, mais fermes et corsés. Le nez est complexe, des notes de fruits rouges et noirs, de griottes et cassis, laissent progressivement la place à des arômes de vanille, de cuir, et enfin à des arômes d'épices, de réglisse, de chêne et de bois neuf grillé. La note finale est très longue.

Après quelques années, les tanins s'ouvrent, et perdant de leur agressivité première, ils se fondent dans la matière.

Le potentiel de garde de ces vins est absolument exceptionnel, surtout pour les grandes années. Ils s'accordent merveilleusement avec des plats à la truffe et au foie gras, mais également avec les gibiers, la viande rouge et le fromage. Ils sont destinés à être consommés avec des mets typés et raffinés. Ils doivent être carafés deux heures avant de servir.

Les vins de Pauillac ont connu des années 2000 exceptionnelles


On ne compte pas moins de six grands millésimes au cours de cette période : 2001, 2002, 2004, 2006, 2008, 2010 et un très grand millésime en 2003. Les années 2000 et 2009 sont reconnues comme millésimes exceptionnels. Et enfin, ultime reconnaissance, l'année 2005 est sacrée millésime du siècle.

A la découverte de 3 châteaux prestigieux classés premiers grands crus au sein de l'AOC Pauillac

Château Lafite-Rothschild

Le château Lafite Rothschild s'étend sur 178 hectares, dont 103 ha de vignes. Situé dans la commune de Pauillac, il produit du vin sous l'appellation du même nom.Le vin est déjà connu et apprécié à Londres au début du XVIIIe siècle, mais également à la cour du roi Louis XV et de Richelieu. Il gagnera ainsi le nom de « vin du roi ». C'est la fille du baron Eric, Saskia de Rothschild, âgée de 30 ans, qui est à la tête des domaines Barons de Rothschild depuis 2018.

Elle représente la 6e génération Rothschild à la tête des domaines viticoles, et ce, avec un grand succès, puisqu'elle accumule les grands millésimes, notamment 2009 qui fut une grande année pour ce vin d'exception.

Château Latour

Le document le plus vieux mentionnant Latour date de 1331, il s’agit d'un permis de construire une tour fortifiée dans la paroisse de Saint-Maubert. Château Latour est cité ensuite dans les Chroniques de Jean Froissart en 1378. La « Tour de Saint-Maubert » est une place forte gardant l’estuaire pour le roi de France au cœur de la guerre de Cent ans. À la fin du XVIIe siècle, la propriété passe entre les mains d'Alexandre de Ségur. Le légendaire « Prince des vignes », son fils Nicolas-Alexandre, désigné ainsi par Louis XV, reprend la propriété en 1716. Le domaine n'a jamais cessé d'être prospère au cours des siècles.

En 1989, Allied Lyons détient 93 % des parts, les 7 % restants demeurant aux héritiers de la famille de Ségur. En juin 1993, François Pinault rachète les parts d’Allied Lyons. Le domaine est entièrement rénové à partir de 1999. Vignoble de 78 hectares, le château Latour, longeant l'estuaire de la Gironde est planté à 80 % de cabernet-sauvignon, à 18 % de merlot et à 2 % de cabernet franc et de petit verdot. On lui doit le millésime exceptionnel Château Latour de 2005.

Château Mouton Rothschild

Domaine appartenant au « Prince des vignes », le marquis Nicolas-Alexandre de Ségur, au XVIIIe siècle, avec Lafite et Latour, puis aux barons de Brane qui le nommèrent Brane-Mouton, Château Mouton Rothschild fut renommé après son acquisition en 1853 par le baron Nathaniel de Rothschild. En 1922, le jeune baron Philippe de Rothschild, son arrière-petit-fils, alors âgé de 20 ans, décide de prendre en charge le domaine pour lui consacrer toute sa vie. À sa disparition en 1988, c'est sa fille, la comédienne Philippine de Rothschild qui reprend les rênes de la propriété.

C'est à son initiative que d'importants travaux sont mis en œuvre en 2011 pour reconstruire les chais. Philippe Dhalluin assure la direction générale du vignoble et est épaulé par les célèbres œnologues du Médoc, Jacques et Eric Boissenot. À présent, ce sont les trois enfants de Philippine de Rothschild, Camille Sereys de Rothschild, Philippe Sereys de Rothschild et Julien de Beaumarchais de Rothschild, qui gèrent le domaine, et on leur doit de nombreux millésimes, comme par exemple le Mouton-Rothschild de 2009, noté 99/100 par Robert Parker.