1

Vins Saint-Nicolas-de-Bourgueil

Le Cabernet Franc, cépage quasiment exclusif de Saint Nicolas de Bourgueil, s’épanouit au cœur du parc naturel régional Loire Anjou Touraine. Si le terroir est concentré, il n’en est pas moins varié et les vins, presqu’exclusivement rouges, s’exportent dans le monde entier. Voir plus

Les suggestions de l'équipe Twil dans l'appellation Saint-Nicolas-de-Bourgueil

    ​ ​ ​
  1. 1
  2. 2
  3. ​ ​
L'appellation Saint-Nicolas-de-Bourgueil

Saint-Nicolas de Bourgueil est un village d’irréductibles vignerons


Comme presque partout en France, nous devons les origines de la vigne aux Romains, mais la culture du vignoble bourgueillois, dont celui de Saint Nicolas de Bourgueil, doit son développement à l’abbaye de Bourgueil, fondée en 990. Les vignobles de la Loire profitent globalement du développement des voies de communication au cours du Xe siècle et prennent leur essor.

Au milieu du XIIe siècle, l’Anjou et l’Aquitaine fondent une union politique et le cépage breton, situé aux confins de la Touraine et de l’Anjou, épouse les contours de la commune de Saint Nicolas de Bourgueil. C’est alors que le vignoble angevin se développe, grâce à l’accession d’Henri II, le comte d’Anjou, au trône d'Angleterre.

Les guerres de Vendée durant la Révolution Française sont dévastatrices pour le vignoble angevin. Alors que la vigne avait à peu près retrouvé sa production, la crise du phylloxera détruit à son tour le vignoble à la fin du XIXe siècle. Il faut du temps pour reconstituer les plantations de la région, mais le village des irréductibles vignerons de Saint Nicolas de Bourgueil n’entend pas baisser les bras. Les viticulteurs mettent tout leur acharnement et tout leur talent pour reconstituer leur vignoble. Leur opiniâtreté est récompensée par l’appellation Saint Nicolas de Bourgueil, consacrée en AOC par un décret du 31 juillet 1937.

Les habitants de Saint Nicolas de Bourgueil revendiquent leur vie au rythme des saisons et du travail de la vigne. Le lieu de vie et de travail ne faisant qu’un, ils sont particulièrement attachés à leur terroir qu’ils protègent et soignent. Ils ont réussi à maintenir encore à ce jour l’une des dernières structures indépendantes d’achat de fourniture. Le travail de la terre va de pair avec son respect et ils prennent garde d’utiliser les méthodes de cultures alternatives et moins invasives de bio contrôle.

Le terroir de Saint-Nicolas-de-Bourgueil est entourée d'une forêt aux accents océaniques


L'appellation Saint-Nicolas-de-Bourgueil couvre une superficie de mille hectares pour une production annuelle de 60 800 hectolitres, dont 2% de rosé. L’appellation de Saint Nicolas de Bourgueil est la seule AOC du Val de Loire à reprendre le nom de sa commune. Les sols profonds de sables et de graviers fondent le terroir en forme de terrasse d’alluvions. Au-dessus, le vignoble s’étend sur un coteau de tuffeau, la craie micacée, crème ou blanche, parfois jaunâtre, de l’époque du Turonien. La craie est recouverte de sable sur toute sa surface.

Le village est tout proche du confluent de la Loire et de la Vienne, ce qui donne une puissance exceptionnelle au cours d’eau. Les influences maritimes sont proches, grâce à l’Atlantique qui fait bénéficier Saint Nicolas de Bourgueil d’un climat légèrement océanique. Dans le même temps, la forêt – où se cachent des caves troglodytiques – s’étend là et protège les pentes des coteaux trop exposées aux vents du nord.

Le cépage (presque) unique de Saint-Nicolas-de-Bourgueil


Saint Nicolas de Bourgueil ne tolère qu’un cépage, le cabernet franc, avec cependant une exception. Il est en effet possible de trouver du cabernet sauvignon, mais dans la limite de 10 % de l’assemblage, ce qui dans les faits est peu utilisé. Le vin rouge de Saint Nicolas de Bourgueil est réputé pour ses arômes de fruits rouges, framboise, cerise et mûre. Il s’agit d’un vin fin et délicat, dont le nez harmonieux est particulièrement gourmand. Il est en effet intense, ce nez, et, au-delà des arômes de fruits rouges mûrs, on décèle une pointe de poivron, voire de réglisse. C’est son côté « bretonnant », comme le veut l’expression locale. Il propose parfois aussi une légère sensation épicée.

Sa robe est si soutenue qu’on la pense parfois noire. Seules ses nuances denses violettes peuvent détromper notre œil. En vieillissant, la robe s’oriente vers un grenat tout aussi foncé, mais nuancé par des moirures tuilées. En bouche, sa finesse aromatique et sa belle structure rivalisent avec une présence tannique à l’attaque si vous le dégustez jeune. Mais le Saint Nicolas de Bourgueil est aussi un vin de garde qui s’arrondit avec l’âge. Sa puissance aromatique perdure inlassablement, les années passant.

Le rosé de Saint Nicolas de Bourgueil est rare, mais tout aussi délicieux. Avec sa robe rose saumonnée, ce vin floral évoque les fruits rouges, mais aussi les fruits exotiques. Délicat à souhait, il vous apporte la fraîcheur qui vous manque parfois en été.

Les domaines de Saint-Nicolas-de-Bourgueil à découvrir

Le domaine des Vallettes

Situé à 4 kilomètres à l’ouest du village de Saint Nicolas de Bourgueil entre Angers et Tour, le domaine des Vallettes est exploité par Antoine et François Jamet qui ont repris la propriété créée par leurs parents en 1986, mais leur famille est viticultrice depuis 8 générations.

Planté exclusivement en Cabernet Franc, le domaine s’étend sur 20 hectares. Il a récemment été rénové en profondeur pour encore affiner la qualité du vin. Les bâtiments ont été totalement isolés pour obtenir une maîtrise intégrale des températures de la cuverie. La production annuelle en volume est d’environ 180 000 bouteilles. Les frères Jamet produisent à l’image de leur terroir un vin haut de gamme, essentiellement rouge, avec cependant une petite place réservée au rosé.

Cave Bruneau Dupuy

L’histoire du domaine Bruneau Dupuy à Saint Nicolas de Bourgueil remonte à plusieurs générations. Il est maintenant exploité par Sylvain. Tant pour accroître la qualité des vins que pour préserver l’environnement, l’ensemble du vignoble est enherbé ou cultivé entre les rangs, le cavaillon est travaillé sans désherbant et les traitements sont raisonnés. Depuis le millésime 2016, le vignoble est certifié vin biologique par Ecocert, un organisme indépendant.

L’exploitation s’étend sur une superficie de 20 hectares protégée au nord par la forêt. Les coteaux exposés plein sud, sur des terrains argilo-calcaires recouvrant le tuffeau, donnent des vins corsés et longs en bouche. Ils développent un arôme de fruits rouges plus ou moins prononcé selon les années. La partie du vignoble plantée sur des terrains sableux donne des vins fruités plus légers, à consommer jeunes.