1

Vins Anjou

L’AOC Anjou est une appellation régionale qui s’étend d’Ancenis à Saumur. Cette appellation ligérienne produit des vins blancs, rouges et mousseux (blanc ou rosés). Les rosés sont protégés par les appellations Cabernet d’Anjou et Rosé d’Anjou. Les vins sont gourmands, fruités et de plaisir issu majoritairement des cépages Chenin, Cabernet Franc et Cabernet Sauvignon. Voir plus

Les suggestions de l'équipe Twil dans l'appellation Anjou

    ​ ​ ​
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. ​ ​
L'appellation Anjou

Les vins d'Anjou ont une réputation mondiale


L’histoire viticole de la région d’Anjou remonte au 1er siècle ap JC. Ce vignoble ne cesse de se développer au Moyen-Âge et ceux grâce aux monastères fortement présents sur les rives de la Loire. À partir du XIIe siècle, les vins de la région acquièrent leur renommé grâce au roi d’Angleterre, Henri II de Plantagenêt, qui sert le « vin d’Anjou » sur les plus belles tables d’Angleterre.

Au XVIe siècle, l’arrivée des couturiers néerlandais donne un nouvel élan à la production de « vin d’Anjou ». En effet, les couturiers cherchent des vins à transporter vers leur pays et leurs colonies. Le commerce devient très rapidement vertueux à tel point que Le Layon est canalisé pour faciliter sa remontée par les bateaux hollandais. Au XVIIIe siècle, la croissance économique des « vins d’Anjou » fait des envieux, différents impôts sont créés pour entraver le commerce. Ils vont conduire à la destruction du commerce de ses vins qui n’est pas aidé par la guerre de Vendée et vont ainsi mener à la destruction du vignoble d’Anjou.

Au début du XIXe siècle, le vignoble regagne de la superficie mais c’est sans compter sur la crise phylloxérique qui réduit à néant les efforts fait par les vignerons. La notoriété des vins de l’Anjou est en grande partie due à l’Anjou blanc issu du cépage Chenin. Ce cépage majoritaire va perdre du terrain après la crise phylloxérique pour faire de la place aux cépages rouges Cabernet Franc et Cabernet Sauvignon. Au XXe siècle, le vignoble d’Anjou entame sa première mutation avec la production de «rouget » qui est un vin léger élaboré pour être consommé dans les cafés. Le « clairet » va contribuer à la mutation de ce vignoble et donner naissance au rosé. La seconde mutation de ce vignoble arrive avec l’appréhension du végétal, du choix du cépage en fonction des sols et des techniques de vinifications qui vont largement contribuer à l’amélioration de la qualité des vins et donner naissance au vin rouge en 1960.

La découverte des vins pétillants remonte au XVe siècle. Les vignerons observent que suite à la remontée des températures après l’Hiver, les vins blancs alors en bouteille deviennent pétillant. Malgré cette seconde fermentation les vins conservent leur qualité aromatique. C’est au début du XIXe siècle que la maîtrise de cette fermentation est développée notamment sous l’impulsion de Jean Baptiste Ackerman, et va ainsi donner les vins mousseux que l’on connaît.

L’AOC Anjou est reconnu par l’INAO en 1936 et en 1938 pour les vins mousseux. La reconnaissance des appellations Rosé d’Anjou et Cabernet d’Anjou datent respectivement de 1957 et 1964.

L' AOC d'Anjou est étendue et diversifiée


L’AOC Anjou est étendue sur environ 2400 ha entre Ancenis, le sud d’Angers et Saumur. Cette appellation régionale concerne 70 communes du département de la Maine-et-Loire, 14 communes du département des Deux-Sèvres et 9 communes du département de la Vienne. Le terroir de cette appellation se divise principalement en deux surfaces géologiques. À l’Est, c’est le terroir de l’Anjou Blanc. Les sols y sont relativement claires dues à la craie de Truffaut et au calcaire issus des formations sédimentaires du bassin parisien. Ils sont profonds.

C’est d’ailleurs, dans la craie de Truffaut que sont creusées les caves de conservation et d’élevage des vins. À l’Ouest, les sols sont schisteux et prennent leur origine lors de la formation du massif armoricain. Ils sont peu profonds et leur couleur sombre leur vaut le nom de l’Anjou Noir. Entre ces deux délimitations géologiques, les sols sont argilo-calcaires, siliceux ou sableux. Le vignoble d’Anjou se répartit sur les coteaux, les plateaux et en plaine.

Le climat océanique tempéré donne lieu à des faibles écarts de température. Ces observations climatiques sont liées à la proximité de la région avec l’océan Atlantique, la Loire et ses affluents qui jouent le rôle de tampon thermique. Les reliefs du Choletais et des Mauges jouent un rôle protecteur par rapport aux vents d’Ouest facteur d’humidité. Ce qui explique des précipitations relativement faibles avec une moyenne de 585 mm/an.

Les vins blancs sont produits à partir du Chenin avec un assemblage qui peut aller jusqu’à 20% de Chardonnay et/ou Sauvignon. Le Chenin cépage à l’origine des grands vins blancs de Loire s’exprime pleinement sur les coteaux. C’est aussi ce cépage qui est majoritairement utilisé pour la production des vins mousseux blanc.

Les vins rouges sont issus des cépages Cabernet Franc et Cabernet Sauvignon avec un assemblage qui peut aller jusqu’à 30% de Grolleau noir et de Pineau d’Aunis.

Les vins d'Anjou offrent une multitude de saveur


Les vins blancs ont une robe or. Le nez développe des arômes d’agrumes, de poire, de fruits secs, de miel et de fleurs blanches avec parfois des notes plus minérales. La bouche est ronde, ample avec de la fraicheur en finale. Les vins blancs présentent un potentiel de garde de 3 ans.

Les vins mousseux blancs vont présenter une robe or. Le nez développe des notes de fleurs blanches, de pêche, de poire et parfois de fruits secs. La bouche est ample et vive. Ils se consomment dans leur jeunesse.

Les vins mousseux rosés ont une robe rosée. Le nez présente des arômes de fruits rouges avec quelques notes florales. La bouche est ample et vive. Ils se consomment dans leur jeunesse.

Les vins rouges ont une robe rubis. Le nez présente des arômes de fruits rouges avec une note florale. La bouche est structurée, les tanins sont fins et la finale est soutenue par une pointe d’acidité. Ces vins ont un potentiel de garde de 3 ans.

Comment accorder les saveurs des vins d’Anjou ?


L’élégance et la finesse des vins blancs s’accordent avec du homard, des noix de Saint-Jacques ou du Turbot. Leur puissance aromatique et leur amplitude s’accordent avec une poularde aux morilles ou avec un tajine d’agneau. Les vins mousseux sont des vins de plaisir que vous pouvez déguster en apéritif ou en fin de repas sur des desserts fruités.

Les notes fruitées des vins rouges leur donne un côté gourmand qui convient très bien à un accord avec de la charcuterie. Leur légèreté et leur structure permettent un accord avec une viande blanche ou des légumes vapeurs.

Les beaux millésimes de l’AOC Anjou


Les vins blancs ont une belle expression aromatique sur les millésimes 2001, 2005, 2007, 2008, 2009, 2014, 2015 et 2017. Les vins rouges ont une belle expression sur les millésimes 2001, 2003, 2005, 2009, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Les grands domaines d'Anjou

Patrick Baudouin

Le domaine Patrick Baudouin s’étend sur 13 ha 50 en « Anjou Noir ». Il y pratique une agriculture biologique, travail les sols, fait naitre le vin et l’accompagne dans son évolution. Néanmoins, il ne pratique pas la biodynamie pour des raisons qui lui sont propres. Ses vins reflètent leur origine et sont de grande garde.

Le Clau de Nell

Le Clau de Nell est situé à Tuffalun non loin de Saumur. La superficie de 10 ha d’un seul tenant est cultivée selon les principes de la biodynamie car pour le régisseur comme pour les propriétaires, la « nature est essentielle et il faut la laisser agir ». Plusieurs cépages sont mis à l’honneur tel que le Grolleau, le Cabernet Franc, le Cabernet Sauvignon et le Chenin. Les vins sont souples, élégants et caractéristiques de leur terroir.