1

Vins Crozes-Hermitage

L’appellation Crozes-Hermitage est située dans la vallée du Rhône septentrionale, sur la rive gauche. Cette appellation est la plus vaste des crus des Côtes du Rhône avec 1650 ha de vignes ce qui explique ses diversités climatiques et géologiques. Territoire de grands vins rouges, elle permet aussi la production de vins blancs qui gagnent à être connus. Voir plus sur Crozes-Hermitage

    ​ ​ ​
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. ​ ​
L'appellation Crozes-Hermitage

L'histoire du vignoble de Crozes-Hermitage remonte aux Allobroges


L’histoire viticole de Crozes-Hermitage remonte aux Allobroges. Des écrits de -30 avant JC attestent de la présence des vignes dans cette région et mentionnent l’existence d’un vin nommé « L’allobrogica ». Ce « vin de Vienne » désigne un nom de cépage pour lequel des liens génétiques avec la Syrah ont été établis.

Au XVIe siècle, des Ermites se sont installés sur le coteau Saint-Christophe qui est devenu le coteau d’Ermitage. En 1863, la crise phylloxérique frappe le vignoble de la vallée du Rhône. Dès 1881, les vignerons vont se mobiliser pour reconstruire le vignoble. En 1890, on a connaissance du premier syndicat agricole de Tain.

Les difficultés pour ce vignoble vont toutefois se poursuivre avec la Première Guerre mondiale, la crise viticole et la crise économique. Ces événements vont nécessiter la mobilisation de la main- d’œuvre viticole qui n’est plus disponible pour l’entretien du vignoble.

Afin de continuer à développer le vignoble de Crozes, en 1927 « Le syndicat des viticulteurs du canton de Tain- l’Hermitage, producteur de grands vins » est créé et en 1933 la cave coopérative de Tain-l’Hermitage débute son activité. Pendant cette période, en 1920, le nom du prestigieux coteau Hermitage est adjoint au nom de Crozes.

En 1937, l’AOC « Crozes-Hermitage » est reconnue par l’INAO qui limite dans un premier temps l’aire de production à une partie de la commune éponyme. En 1952, l’aire d’appellation est étendue à 11 communes qui ont acquis le savoir-faire viti-vinicole. Cette augmentation de l’aire de production va nécessiter une sélection des meilleures parcelles afin de répondre aux besoins de qualité du consommateur. En 1989, la superficie de production est donc diminuée de 3400 ha, le pari de se recentrer sur la qualité est réussi et la renommée de Crozes-Hermitage ne cesse de faire des émules.

La diversité des caractéristiques de Crozes-Hermitage


L’appellation Crozes-Hermitage est située sur le 45e parallèle au nord de Valence. Elle est délimitée de façon naturelle au nord par la « Cromlech-de-la-roche-qui-danse », à l’est par la rivière Herbasse, au sud par l’affluent Isère et à l’ouest par la vallée du Rhône. C’est le cru des Côtes du Rhône le plus étendu avec 1650 ha exploités qui se répartissent sur 11 communes de la Drôme (Beaumont- Monteux, Chanos-Curson, Crozes-Hermitage, Erône, Gervans, Larnage, Mercurol, Pont-de-l’Isère, Roche-de-Glun, Serves sur Rhône et Tain-l’Hermitage). Les grands vins rouges sont issus du cépage Syrah. Le cahier des charges de l’appellation autorise un assemblage à 85% Syrah et 15% avec les cépages blancs Marsanne/Roussanne. Le cépage majoritaire des vins blancs est la Marsanne mais très souvent assemblée avec la Roussanne.

Au nord de l’appellation, on trouve des sols sablo-argileux avec des arènes granitiques (provenant de l’altération du substrat granitique de la vallée du Rhône). Cette partie de l’appellation partage sa géomorphologie avec sa prestigieuse voisine « Hermitage ». Ces sols sont peu stables et fragiles. Les banquettes, murets et terrasses permettent le maintien de la stabilité des sols et sont donc indispensables à la conservation du terroir qui caractérise les vins de Crozes-Hermitage nord. En effet, les terrasses, les murets et les banquettes sont fabriqués avec des pierres sèches qui en plus de stabiliser les sols, jouent un rôle dans l’évacuation des eaux pluviales et emmagasinent la chaleur du jour pour la restituer la nuit.

Au sud et à l’est de l’appellation, les terrasses sont moins accidentées et plus ouvertes. Les sols proviennent de l’érosion des massifs alpins, ce qui donne des sols caillouteux parfois recouverts de loess (pour les terrasses les plus hautes qui sont aussi les plus anciennes) et de sable kaolinique comme sur une partie de la commune de Larnage. Le « coteau des Pends » est situé sur les communes de Crozes-Hermitage et de Mercurol. Plus au sud, les terrasses dites « Châssis » sont plus jeunes et moins marquées. Elles forment un triangle avec pour sommet le Pont-de-l’Isère.

Les différences géologiques entre le nord et le sud se retrouvent aussi avec le climat. En effet, au nord l’altitude est plus élevée avec un climat tempéré, les étés sont frais et secs et les hivers sont glacials. De plus, les sols granitiques conservent l’humidité. En revanche, au sud le climat est méditerranéen. L’ensoleillement y est plus important, les étés sont chauds et secs et les hivers relativement froids. Le mistral y souffle, ce qui assèche les sols. La pluviométrie est plus régulière au nord de l’appellation tandis ’au sud ils subissent l’effet cévenol.

La réglementation est adaptée à ces paysages atypiques avec l’obligation de maintien des terrasses, une densité de plantation (minimum de 4000 pieds/ha) faible pour éviter de fragiliser les terrasses et une taille courte que sont le cordon et le gobelet.

Les Crozes-Hermitage offrent une grande gustative


La diversité des terroirs et du climat est également observable lors de la dégustation des vins. Les vinificateurs adaptent les travaux viticoles et l’itinéraire de vinification pour que les vins reflètent et transmettent aux dégustateurs leur terroir d’origine. Les vins blancs présentent une robe pâle avec des reflets verts. En fonction de l’itinéraire de vinification et de l’assemblage, les vins blancs seront gustativement très différents.

Dans le cas où le vin se déguste jeune, le nez présentera des arômes d’agrumes frais. La bouche est vive avec une belle ampleur. Dans le cas où le vin aura besoin de vieillir, le nez présentera des notes d’agrumes, de fleurs blanches complexifiés par des notes épicées. La bouche est un équilibre entre le côté gras et la vivacité. On retrouve sur ces vins une légère amertume en fin de bouche qui est très agréable.

Les vins rouges issus à 100% du cépage syrah sont majoritaires. Ils ont une robe rouge grenat dense. Le nez présente des notes de fruits rouges, de poivre et de violette avec parfois une petite touche florale. Le vieillissement va laisser se développer des notes animales. La bouche est structurée, puissante et les tanins sont présents de façon élégante. Les vins du nord de l’appellation ont tendance à être plus structurés.

Les Crozes-Hermitage offrent une grande diversité d'accords


La diversité des vins de cette appellation donne une liberté inégalée. On peut ainsi accorder un vin de Crozes-Hermitage de l’entrée au dessert. Les vins blancs s’accorderont très bien en apéritif ou sur des poissons grillés. Les vins rouges dans leur jeunesse s’accorderont avec du lapin, de la volaille, de la charcuterie et avec le St marcellin, fromage incontournable de la région. Avec l’âge, ces vins s’assortiront avec du canard, de la viande rouge et du gibier. Les vins rouges vous surprendront sur un carré de chocolat noir à plus de 70% de cacao.

A la découverte de 3 domaines mythiques en Crozes-Hermitage

Le Domaine Combier

C'est un domaine familial avec à la tête Laurent, David et Julien Combier. Ils ont à cœur de poursuivre une agriculture biologique débutée en 1970 par leur grand-père. Ils veulent que la nature gouverne. Les vins de la maison reflètent cette volonté de préserver la nature avec un travail au chai qui respecte les raisins. Les vins sont peu extraits, le fruit s’exprime rapidement et les mots d’ordre sont finesses et élégances.

Caroline Frey

Elle est à la tête de plusieurs domaines dont le domaine Paul Jaboulet Aîné. Installée depuis 1834 à Tain-l’Hermitage, la réputation de cette maison ne cesse de croitre. L’agriculture biologique et la compréhension de leurs différents terroirs leur permettent d’obtenir des vins de terroirqui reflètent leur origine avec élégance et finesse.

La Maison Michel Chapoutier

Cette noble institution est installée à Tain-l’Hermitage et est l'un des précurseurs de la culture biodynamique. Michel Chapoutier débute les sélections parcellaires en 1989 et la culture de la biodynamie en 1990. Il vinifie des vins qui ont de grandes qualités organoleptiques et qui ont fait la renommée de la maison à l’international. Aujourd’hui propriétaire de plusieurs domaines en France et à l’étranger, il souhaite que chacun d’eux garde leur origine mais le fil conducteur est le respect du terroir et son expression.