1

Les suggestions de l'équipe Twil dans l'appellation Moulin-à-Vent

  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
L'appellation Moulin-à-Vent

Les communes de Romanèche-Thorins et de Chénas, situées dans le vignoble du Beaujolais, sont celles dans lesquelles l’appellation vin Moulin à Vent trouve ses racines. À cheval entre le département de Saône-et-Loire et celui du Rhône, ces terres abritent cette AOC depuis 1936, date à laquelle le cru du Beaujolais Romanèche-Thorins a délaissé son nom pour prendre celui de Moulin à Vent. Au centre du vignoble, un moulin éponyme domine les zones de culture.

Le terroir du vin Moulin à Vent


Le vin Moulin à vent est issu d’un terroir bien particulier, sur 660 hectares des coteaux les plus qualitatifs des alentours. Le climat continental aux hivers secs et froids et aux étés modérément secs influencés par un climat méditerranéen non loin de là se prête particulièrement bien à la culture du gamay noir à jus blanc employé pour ce splendide Beaujolais. Par ailleurs, le sous-sol granitique recouvert de sédiments formant une terrasse alluviale grâce à la Saône toute proche soutient un sol peu profond mais riche en manganèse, qui contribuerait à l’excellente qualité du vin. Un bon niveau d’ensoleillement assure une belle récolte chaque année, offrant une production de 34 600 hectolitres.

Un vin fin et harmonieux


La superbe robe du vin Moulin à Vent, entre un rubis sombre et un grenat ténébreux, dévoile des arômes qui, en fonction de l’âge de la bouteille, peuvent aller d’un fond fruité allégé par des notes florales de violette très marquées à une complexité dans laquelle la maturité se fait sentir. On y trouve ainsi des notes de roses fanées, d’iris, mais aussi d’épices, de truffe, de musc et même de venaison. Grâce à ses tanins d’une grande finesse, ce vin est un véritable plaisir à déguster avec des viandes rouges, du gibier ou encore des fromages de caractère comme l’époisses, le munster ou le camembert.