Peut-on déguster le café comme le vin ?

Le vin et le café... Pas si éloignés que ça

03 Mai 2018

 Importée par les Romains, la culture du vin est ancrée en France depuis le 6e siècle avant notre ère. Le café arrivera bien plus tard dans l’Hexagone en 1644. Pourtant, aujourd’hui, le café est le breuvage le plus consommé en France après l’eau. Le vin quant à lui arrive en 4e position. À la différence du vin, le café est pour beaucoup perçu comme une boisson matinale et moins comme un nectar à déguster. Mais depuis plusieurs années, le café se dessine un avenir plus prometteur en France et une véritable « culture du café » est née, se rapprochant de plus en plus de la « culture du vin ».

 Alors, peut-on déguster le café comme le vin ? Quels sont les points communs entre les deux breuvages ?

 

Production 

 Le vin comme le café sont des produits de terroir. C’est-à-dire que le terroir va avoir une influence considérable sur le résultat final. Pour le vin, l’influence est apportée par le sol, le climat, la biodiversité, la topographie. Le café est lui influencé par le sol, l’altitude et l’ombrage. Beaucoup de points communs, n’est-ce pas ? De plus, on pourrait comparer les cépages du vin aux différentes variétés de grains de café : moka, typica, bourdon, java, mondo nuevo pour n’en citer que quelques-uns.

 

Assemblage

Une fois les grains/raisins cultivés et récoltés, vient l’élaboration du nectar. Pour cela et pour les deux breuvages, il est possible de faire un assemblage de plusieurs variétés/cépages ou alors de n’en conserver qu’une seule. Pour le vin, on parle de pluri-cépages et mono-cépage. Le résultat final sera aussi influencé par la période de récolte, à maturité ou non, du choix/tri des grains/raisins puis de la torréfaction pour le café et du vieillissement pour le vin. La conception d’un vin ou d’un café c’est avant tout un art, un art calibré pour obtenir le meilleur du fruit dont il est né.

Toujours pas convaincu ?

 

Dégustation

 On observe un rituel de dégustation très similaire entre les deux. Les étapes sont l’examen visuel, olfactif puis gustatif. Les dégustateurs cherchent alors des notes épicées, fruitées, fleuries, acidulées, boisées, corsées, torréfiées… Des dégustateurs et chercheurs américains ont créé une roue des arômes consacrée au café. Au total, plus de 85 arômes ont été répertoriés. Néanmoins, le café recense plus de 800 arômes encore imperceptibles pour beaucoup. Ce n’est pas sans rappeler la variété des arômes du vin.  

 

Le café et le vin comme un art

 Le vin et le café présentent un grand nombre de subtilités qui n’est pas à la portée de n’importe qui. Mentionnons pour cela le barista, comparable au sommelier, qui positionne le café comme un art gustatif. Le barista est souvent réduit à un barman qui dessine des feuilles sur la mousse des cafés. Bien cela ait permis au métier d’être plus connus du grand public, le barista est beaucoup plus que cela : il doit connaître crus et terroirs ; maîtriser la torréfaction et les différents modes d'extraction, le réglage des machines et les paramètres hydrométriques, qui peuvent aussi affecter l'arôme d'un café…En somme, il sublime le café comme le sommelier sublime le vin.

  

Finalement, qu’il soit question de vin ou de café une seule variable prédomine : la richesse des arômes. Alors, la prochaine fois que vous dégusterez un café, pensez-y.

 

Vous souhaitez en savoir plus sur le café ? N’hésitez pas à aller faire un tour sur le site de MaxiCoffee