Château l'Evêché, un Saint-Emilion de caractère

Rencontre avec Jean-Sébastien, un vigneron de talent !

18 Octobre 2017

Rencontre avec Jean-Sébastien du Château L'Evêché !

Quel est votre plus beau souvenir de vigneron ?

Les vendanges des petits verdots avec mes filles. J'ai planté les ceps en 2010 et la première vendange a eu lieu en 2014. C’était début novembre, avec mes deux filles Rose et Louise qui avaient 9 et 12 ans. On a ramassé les grappes des 600 pieds de vigne tous les trois, presque en hiver, avec nos seaux et nos sécateurs. C’est un souvenir de partage familial incroyable !

Comment définir vos vins en trois mots ?

C’est une des questions les plus difficiles. J’essaie de travailler mon vin sous trois axes. J’aime faire des vins de plaisir. J'aime aussi que mes vins soient élégants, j’aime l’équilibre. Et enfin, des vins plein d’authenticité ! Rester authentique dans ce que l’on fait et ne pas trahir le terroir.

Pour qui faites-vous votre vin ?

Pour mes amis. Si je fais quelque chose qui leur fait plaisir, cela décuple le mien. Et je me dis que si cela leur plaît, il y a des chances que cela plaise à des inconnus qui sont la grande majorité de mes consommateurs ! Il y a une forme d’ingratitude dans le vin dans le sens où l’on s’investit énormément, et en même temps, très rapidement, c’est un travail qui ne nous appartient plus.

Quels sont les prochains défis du domaine ?

Le défi majeur va être de continuer à travailler le domaine pour essayer de l’adapter au maximum aux variations climatiques, tout en passant au bio.

Une anecdote sur le domaine ?

Mon premier millésime intégral, on peut dire que j’ai eu droit à un bizutage de la nature : la grêle a ravagé une partie du domaine le 13 mai 2009. La première année, c’est un tel investissement ! Vous ne produisez qu’une fois par an, donc s’il y a un problème, il faut attendre deux ans avant de pouvoir produire à nouveau... Le plus marquant, c'est que nous avons réussi à produire l’un des plus beaux millésimes du domaine !

Quel a été votre dernier vin coup de coeur ?

Ma dernière émotion a été un Rayas 98. On s’attend toujours dans cette région à avoir des vins très riches, et solaires, mais là, nous avons une démonstration, sur un terroir de sable et un climat très chaud, d’une finesse et d’une élégance incroyable. Comme je travaille sur des sols sablo-argileux qui pourraient ressembler aux leurs, et un climat de plus en plus chaud, je trouve cela très inspirant.

Vous aimerez aussi
-20%
Bordeaux
Château l’Évêché
2012 | Rouge | Saint-Émilion Grand Cru
Stock : plus de 100 bouteilles
  • Révélation Révélation