Vin et digital

 

Avec TWIL, la question du vin et digital, vous êtes en plein dedans !

 

L’univers du vin représente un véritable challenge digital. Fondé sur le terroir, la tradition, l’authenticité, le patrimoine et la culture, ce monde, un peu conservateur, entre dans une nouvelle ère.

Depuis maintenant 5 à 10 ans, peut-être 20 pour les pionniers, pour le vin aussi l’innovation passe par le numérique. Et ce dernier a d’ailleurs bouleversé le secteur, changeant les habitudes de consommation et démocratisant ce monde très technique propre au marché français. De la digitalisation de la vigne et des viticulteurs jusqu’aux consommateurs de vin en réalité augmentée voire virtuelle (si si, on y viendra), on vous dit tout sur l’évolution sur ce monde de vin et de nouvelles technologies.

 

Vin et numérique : du côté de la vigne et des vignerons

-       Quelles opportunités et quels défis attendent les principaux acteurs ?

Concernant les métiers de la vigne, le numérique associé à la robotique a, et va encore, profondément changer les pratiques agricoles. Nous ne sommes qu’au début d’une révolution numérique énorme qui permettra une amélioration de la qualité et une baisse de l’utilisation de produits chimiques. De nombreux outils technologiques permettent déjà aux vignerons d’optimiser le soin de leur vigne, la qualité de leur raisin. Concernant les autres métiers du vin (distribution, communication, administratif), le digital est un formidable connecteur et/ou accélérateur. Prenons par exemple l’œnotourisme qui s’est beaucoup démocratisé, rendant accessibles des propriétés au fin fond du vignoble. C’est d’ailleurs le crédo de jeunes startups comme Winefing. Pour la distribution, grâce à des acteurs comme TWIL - The Wine I Love, le modèle digital permet de rendre le circuit encore plus court, le plus court possible. Et cela permet, entre autres, une plus grande transparence sur la provenance des vins et simplifie son accès au consommateur final. Cette connexion directe entre producteurs et consommateurs permet une transmission optimale de l’information, idéal pour ce produit enfin rendu accessible à tous. Il faut savoir qu’en 2014, 1 viticulteur sur 2 pratiquait la vente directe donc 46% directement sur leur exploitation et seulement 11% via internet (boutique en ligne). De manière générale, le e-commerce remet en question la situation de quasi-monopole de la grande distribution (près de 80% du marché) pour rendre le pouvoir aux producteurs, sur leur marché. Cela leur permettra ainsi d’affirmer ou de renforcer davantage la typicité de leurs vins et de maîtriser davantage les prix du marché qui seront de plus en plus facilement accessibles, transparents et donc comparables.

Le numérique associé au vin est au début d’une phase d’expansion. Les outils numériques ont de nombreux services à offrir pour simplifier la vie des vignerons, que ce soit sur la commercialisation, la gestion administrative, les contraintes liées à l’exportation et au transport. 

 

 

Vin et digital : du côté du #winelover et du consommateur final

-       Quels sont les défis du secteur dans une société de consommation ultra-connectée ?

On ne peut plus se le cacher, nous vivons aujourd’hui dans une société numérique de consommation. C’est pourquoi le vin de demain sera connecté. La première révolution a été de rendre le monde du vin beaucoup plus facile d’accès aux consommateurs. Que ce soit pour l’achat ou l’information, ils ont aujourd’hui un accès beaucoup plus important aux vins, du monde entier.

En 2016, 1 français sur 3 a déjà acheté du vin sur internet dont 47% pour les 26 – 35 ans. Mais surtout internet, et les réseaux sociaux (facebook, twitter, instagram, pinterest, snapchat), ont une part de plus en plus importante dans la prise de décision et le passage à l’acte d’achat (physique ou numérique). 21% des consommateurs ont acheté un vin à la suite d’une recommandation sur les réseaux sociaux. 1 français sur 3 affirme être très intéressé par l’univers du vin. Formidable vecteur d’informations, le digital permet aux néophytes, amateurs et connaisseurs d’avoir accès à des connaissances dignes des plus grands experts du vin. Aujourd’hui les changements n’en sont qu’à leurs débuts, car la transformation digitale est plus longue dans le vin que sur d’autres secteurs, du fait de son ancrage dans le patrimoine, la culture et la tradition. Les habitudes de consommation changent progressivement et font évoluer cet univers traditionnel, avec internet et surtout avec les applications mobiles.

Véritable « sommelier de poche » les smartphones deviennent un « compagnon de dégustation », incontournable d’ici 5 à 10 ans. Des applications mobiles de reconnaissance d’étiquettes à la mise en relation directe, les app stores voient apparaître pléthore de nouvelles fonctionnalités et offres de service propres au vin. Par exemple, TWIL propose le scan d’étiquette de vin et champagne, avec l’accès aux fiches produits, mais aussi la création de communautés, le suivi de fil d’actus, les notifications en direct, et enfin la mise en relation avec le domaine pour acheter son vin au meilleur prix directement au producteur.

 

 

Alors, qui a dit que vin et digital ne s’accordaient pas ?! ;)

 

 

Sources : Vin & Société, Baromètres SoWine / SSI 2016