1
Champagne

Perrier-Jouët

4.5
(4 avis clients)
« Floral, racé et ciselé », telle est la signature de la maison Perrier-Jouët. Son champagne fut présent à la cour d’Angleterre et de France et est aujourd’hui réputé dans le monde entier. Associé au maître verrier Émile Gallé, son célèbre flacon dédié à sa cuvée « Belle Époque » connaît un succès jamais démenti depuis la fin des années 60. En savoir plus.
Recommandé par
Parker Wine Advocate - Jancis Robinson - Wine Spectator
12
12

Le Producteur

Le mariage Perrier-Jouët


La maison Perrier-Jouët est née à la suite de l’union de Pierre-Nicolas Perrier et Rose-Adélaïde Jouët, en 1811. L’adresse de la maison est tout indiquée, car elle se situe sur l'avenue de Champagne à Épernay. Le succès de l’entreprise est rapide et, dès 1815, les premières bouteilles de champagne sont exportées vers le Royaume Uni. Il faut attendre 1837 pour que Perrier-Jouët conquière les États-Unis. Aujourd’hui, la marque française rayonne dans le monde entier.

En 1854, Charles Perrier succède à ses parents. Il étend le vignoble dans les meilleurs crus de champagne, comme Aÿ, Mailly-Champagne, et surtout Avize et Cramant. Il consolide le pôle exportation, notamment vers la Grande Bretagne. En 1861, la maison devient le fournisseur attitré de la reine Victoria et de la Cours d’Angleterre. Elle ne devient l’équivalent à la cour française que quelques années plus tard.

Lorsque Charles meurt en 1878, ce sont ses neveux par alliance, Henri et Octave Gallice, qui prennent sa succession. C’est la Belle Époque et le champagne coule à flot dans les milieux aisés. Henri reste à Épernay pour diriger la maison, tandis qu’Octave profite de l’effervescence culturelle et artistique pour développer les ventes à Paris.

C’est ainsi qu’il rencontre Émile Gallé, un maître verrier, ébéniste et céramiste de talent et de renom. Il est un pionnier dans son art et devient chef de file du mouvement Art nouveau qui bouleverse les pratiques artistiques de l’époque. Passionné par la botanique, Émile Gallé dessine pour son nouvel ami Octave un tourbillon d'anémones du Japon qui servira à décorer les magnums emblèmes de la cuvée Belle Époque. Leur collaboration ne s’arrête pas là, car le dessin devient finalement l’emblème de la maison Perrier-Jouët. En 1959, Perrier-Jouët est racheté par la maison de Champagne G.H. Mumm. Le flacon imaginé par Émile Gallé est remis à l’honneur et relancé en 1969, à l’occasion de la création de la cuvée prestige « Belle Époque » qui date de 1964. Cette cuvée que les Américains ont un temps rebaptisée « Fleur de Champagne » connaît un immense succès dans le monde entier.

Perrier-Jouët impose une exigence sans faille pour produire toujours le meilleur champagne. Si les vendanges de l’année ne sont pas d’assez bonne qualité, aucun compromis n’est esquissé et la maison refuse tout simplement toute production. Depuis 1993, Hervé Deschamps est devenu le septième Chef de Caves de la Maison Perrier-Jouët. Il était l’assistant de son prédécesseur durant les dix dernières années de sa carrière. Il connaît ainsi toutes les subtilités de la maison et perpétue l’héritage de Perrier-Jouët, en ciselant minutieusement chaque assemblage.

Hervé Deschamps travaille à la cuve, parcelle par parcelle. Dans l’optique de créer chaque année un vin unique, il teste et goûte inlassablement, jusqu’à être totalement satisfait. « Je me lance sur mon projet d’assemblage en une seule fois, comme le jet créatif de l’artiste où intuition, sensibilité et savoir-faire se rencontrent sans que vous puissiez dire comment… » Hervé Deschamps.

Le vignoble Perrier-Jouët


La maison Perrier-Jouët possède 65 hectares qui sont exclusivement classés en Grands Crus (à 99,2 % !). La marque montre une prédilection pour le chardonnay qui représente les deux tiers de son domaine viticole, avec 40 hectares. Ils sont principalement situés à Cramant et Avize. La prédominance du chardonnay amplifie la richesse florale du champagne de la maison qui n’a connu que sept Chefs de Cave depuis sa fondation en 1811, ce qui garantit une constance et une stabilité jamais démentie de la production de la maison.

Perrier-Jouët n’a cessé d’enrichir son patrimoine terrien dont la constitution a commencé au début du XVIIIe siècle. L’acquisition de deux illustres terres, les Bourrons Leroy et les Bourrons du Midi, dans la première moitié du XXe siècle a permis d’étoffer avec panache un vignoble déjà d’une très haute qualité.

Les 5 crus fondateurs de la maison Perrier-Jouët


Le champagne Perrier-Jouët est issu d’assemblages complexes, mais 5 crus dominent et forment l’ossature de toute la production de la maison : Cramant et Avize (Côte des Blancs), Mailly (Montagne de Reims), Aÿ et Dizy (Vallée de la Marne). Perrier-Jouët possède des parcelles parmi les meilleures du terroir. Elles sont plantées à mi-coteau et exposées Sud/Sud Est, car c’est l’angle idéal pour que le chardonnay arrive à maturité en possédant toutes ses qualités gustatives, où dominent les fleurs blanches.

Les pinots noirs sur le grand cru de Mailly apportent la fraîcheur et la délicatesse au champagne, tandis que les pinots noirs d’Aÿ sont sélectionnés pour leur élégance et leurs notes de fruits frais.

Enfin, les pinots meuniers complètent l’assemblage en apportant rondeur et générosité.

La cuvée Belle Époque 2008


S’il ne faut évoquer qu’un seul champagne de la maison Perrier-Jouët, il s’agit forcément de la cuvée Belle Époque, car elle est le fer de lance de la marque. La cuvée 2008 est, comme toutes les autres cuvées Belle Époque, élaborée avec le plus grand soin. 2008 fut marqué par un printemps frais, un début d’été pluvieux et un superbe mois de septembre. Pour cette année capricieuse, le chef des caves, Hervé Deschamps, a dû travailler sur des raisins issus de vendanges dont les raisins apportèrent une présence en bouche particulièrement ronde, en même temps que rafraîchissante.

La cuvée Belle Époque 2008 est un assemblage constitué de 50 % de chardonnay issus des Grands Crus de Cramant et d'Avize. Les pinots noirs de la Montagne de Reims, présents à 45 %, apportent une délicate complexité. Grâce à eux, la finesse des chardonnays peut se prolonger à l’infini. Les Pinots Meuniers de Dizy, bien que très minoritaires avec seulement 5 %, permettent le meilleur équilibre, grâce à leur rondeur.

La cuvée Belle Époque 2008 passe plus de six ans dans les caves Perrier-Jouët pour offrir le meilleur d’elle-même. Servie entre 10 et 12°, elle vous comblera à l’apéritif, mais aussi à table, à côté des poissons et crustacés, ou de viandes blanches.
10 vins disponibles
entre 42.53 € et 315 €
80 scans de ses vins
sur l'application Twil
Trouvez votre vin idéal
De à
Valider