1

Vins Saint-Joseph

L’appellation Saint-Joseph est située au nord de la vallée du Rhône, sur la rive droite. Ce vignoble en terrasses escarpées est sur le 45e parallèle. Les vins blancs et rouges de Saint-Joseph sont issus des cépages mythiques des côtes du Rhône septentrionales : Marsanne, Roussanne et Syrah. Ces vins vous surprendront tout autant que le paysage. Voir plus sur Saint-Joseph

    ​ ​ ​
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. ​ ​
L'appellation Saint-Joseph

L’histoire du vignoble de Saint-Joseph remonte aux Allobroges


Le vignoble de Saint Joseph remonte aux Allobroges (-124 av JC à -61 av JC). Ils produisent «l’Allobrogica », boisson qui porte le nom de son cépage d’origine. Suite à des études génétiques, un lien de parenté avec la Syrah a été démontré.

Au XIVe siècle, le comté de Lyon (actuel département de l’Ardèche) est sous le contrôle du Royaume de France tandis que la vallée du Rhône appartient au Saint Empire Romain Germanique. La remontée du Rhône pour la diffusion des vins de la rive droite est donc compliquée et à partir de 1446 la présence de vins étrangers sur le territoire du Duché de Bourgogne est interdite. La notoriété des vins de Saint-Joseph va rester discrète, malgré quelques amateurs reconnus tels que François 1er et sa cour ou bien le Cardinal Tournon.

Au XVIIe siècle, les Jésuites vont donner le nom du lieu-dit Saint-Joseph à leurs vins. Ils créent la dénomination « vins de Saint-Joseph ».

En 1776, un traité de libre circulation des vins dans le Royaume est signé. Le développement commercial du vignoble de la rive droite de la vallée du Rhône est lancé. La reconnaissance de la qualité des vins est évoquée par Victor Hugo dans « Les Misérables ».

À la fin du XIX e siècle, la vallée du Rhône est un des premiers foyers du phylloxéra en France et la destruction de la vigne est inévitable. La Première Guerre mondiale et l’industrialisation vont conduire à la perte de la main d’oeuvre pourtant indispensable au maintien de ce vignoble. Les vignerons restants vont créer le syndicat de protection.

L’appellation Côtes du Rhône apparaît en 1937 mais pour la reconnaissance de l’AOC Saint-Joseph par l’INAO il faudra attendre 1956. L’appellation est produite sur 6 communes. En 1969, l’AOC est étendue à 20 communes du département de l’Ardèche.

En 1980, la baisse de qualité du produit suite à l’implantation du vignoble dans les plaines va inciter les vignerons et l’INAO à revoir l’aire d’appellation de l’AOC. La superficie va ainsi passer de 6800 ha à 3400 ha et seulement 1330 ha exploités.

L'appellation Saint-Joseph est étendue et hétérogène


L’appellation Saint-Joseph se situe au 45e parallèle, sur la rive droite de la vallée du Rhône. Cette appellation septentrionale s’étend sur 23 communes du département de l’Ardèche (Andance, Ardoix, Arras sur Rhône, Champagne, Charnas, Châteaubourg, Felines, Glun, Guilherand-Granges, Lemps, Mauves, Ozon, Peyraud, Saint-Désirat, Saint-Etienne-de-Valoux, Saint-Jean-de muzols, Sarras, Secheras, Serrières, Talencieux, Tournon-sur-Rhône et Vion) et 3 communes du département de la Loire ( Chavanay, Malleval, Saint-Pierre-De-Boeuf).

Le vignoble établit sur des terrasses abruptes en bordure du massif centrale présente au nord une exposition majoritairement Sud-Est tandis qu’au sud l’exposition est dirigée vers l’Est. Cette exposition favorise l’ensoleillement et les températures adaptées à la maturation des raisins. En effet, le climat est continental avec des influences méridionales. Les températures fraîches et le vent du nord froid et sec limite le développement de maladies cryptogamiques par assèchement des feuilles. L’influence méridionale se fait ressentir par le vent du sud qui est chaud et humide.

Le substrat de la vallée du Rhône septentrional est majoritairement granitique, sur les communes de Châteaubourg et Guilherand-Granges le sous-sol est calcaire datant de l’ère secondaire. Les sols proviennent de la dégradation de la roche primaire qu’est le granite, on observe tantôt des sols sablo-argileux avec des arènes granitiques tantôt des sols composés de gneiss. Les sols issus du sous-sol calcaire vont présenter des éboulis calcaires. Sur la commune des Mauves, le sol est recouvert de loess (accumulation de limon par érosion éolienne).

En bas des coteaux et des pentes abruptes on retrouve des sols formés par du sable et des cailloutis provenant de l’érosion gravitaire, hydrique et éolienne des roches granitiques supérieures. Les sols sont peu stables, la présence et l’entretien des terrasses est donc essentiels à la préservation de l’appellation. En plus, de permettre la stabilité des terrasses, les murets jouent un rôle dans l’évacuation des eaux pluviales et dans la chaleur des sols (les pierres sèches emmagasinent la chaleur du jour pour la restituer la nuit).

Le cahier des charges de l’AOC est adapté à ce paysage exceptionnel. En effet, les travaux mécaniques sont impossibles tous les travaux sont manuels. La densité de plantation requise est faible (4500 pieds/ha) et les tailles admises sont courtes. Ces terroirs atypiques et exigeants permettent à la Syrah, à la Marsanne et à la Roussanne d’exprimer leurs typicités. L’appellation est représentée par 87% de vins rouges et 13% de vins blancs avec 95% de Marsanne.

Quelles sont les qualités organoleptiques d’un Saint-Joseph ?


Les vins rouges issus de la Syrah présentent une robe rouge intense et profonde. Le nez développe des arômes de fruits rouges, des notes épicées notamment de réglisse. Le nez se complexifie avec une garde moyenne pour donner des arômes de sous-bois légèrement animal. La bouche est ample et structurée avec des tanins présents.

Les vins blancs sont issus d’un assemblage Marsanne/Roussanne pour lequel la Marsanne est majoritaire. La robe est jaune avec des reflets verts. La Marsanne apporte des arômes floraux tandis que la Roussanne développe des arômes de fruits jaunes tels que l’abricot et des notes plus discrètes de fleurs mellifères. La bouche est puissante, marquée par le gras. La vivacité est discrète.

Quels accords culinaires avec un Saint-Joseph ?


Les vins blancs ont un côté puissant et gras qui s’accorde avec des poissons grillés ou en sauce, des fruits de mer, des tagliatelles au saumon ou aux fruits de mers et des beignets de calamar à la romaine. Ils peuvent aussi s’associer à une blanquette de veau. Ces vins s’accordent sur des fromages crémeux tels que le bleu d’auvergne, le chabichou ou le mont d’or.

Les vins rouges puissants et fins s’allieront avec de la viande rouge, du gibier, du lapin, du porc mais aussi avec un plat de lasagne ou de saucisse lentilles. Ces vins accompagneront les fromages affinés.

Quels sont les grands millésimes pour un Saint-Joseph ?


Les beaux millésimes pour les vins rouges sont 1929, 1937, 1945, 1947, 1961, 1962, 1978, 1982, 1983, 1987, 1989, 1990, 1991, 1996, 1999 et 2005. Les millésimes récents de très belle qualité sont 2010, 2011 et 2012.

La Marsanne demande un climat chaud et sec ce qui explique que les millésimes exceptionnels soient plus rares. On peut compter parmi eux 1929, 1978, 1985, 1988, 1989, 1990, 1995, 1999 et 2005. Plus proches de nous on compte 2008, 2009, 2010 et 2011.

A la découverte de 2 grands domaines de l'AOC Saint-Joseph

Le domaine Bernard Gripa

Le domaine Bernard Gripa est situé à Mauves au coeur de l’appellation Saint-Joseph. Fabrice Gripa, fils de Bernard Gripa, exploite 17 ha répartis sur les AOC de Saint Joseph et Saint Peray. Il produit 4 cuvées en Saint Joseph et 2 cuvées en Saint Peray blanc. La cuvée « Berceau » en blanc est issu à 100% du cépage Marsanne tandis que pour la cuvée « Figuiers » de Saint Peray c’est la Roussanne qui domine.

Le domaine Pierre Jean Villa

Le domaine Pierre Jean Villa est créé en 2009 sur la commune de Chavanay, possède aujourd’hui 14 ha de vignes réparties sur les appellations les plus prestigieuses des côtes du Rhône septentrionales. Pierre Jean Villa veut respecter le fruit et le terroir qu’il lui permet d’obtenir de grands vins. Il pratique une agriculture qui lui permet de conserver la vie des sols et les travaux à la cave sont peu interventionnistes. Il obtient des vins équilibrés qui rappellent leur origine.