1

Vins Condrieu

L’appellation Condrieu est située au nord de la vallée du Rhône entre les appellations « Côte roties » et « Saint Joseph ». Terre de prédilection du Viognier, elle est située au carrefour de 3 départements : L’Ardèche, La Loire et le Rhône. Cultivée sur des coteaux escarpés, la beauté de ces paysages ne laisse personne indifférent. Voir plus sur Condrieu

    ​ ​ ​
  1. 1
  2. 2
  3. ​ ​
L'appellation Condrieu

L’histoire de Condrieu n’est pas à un long fleuve tranquille.


Les premières traces de vigne sur l’appellation Condrieu remontent à l’Empereur Probus. En 280 ap JC, il lève les interdictions de plantation de la vigne en Province, établi deux siècles plutôt par l’Empereur Dominus. Néanmoins, on présuppose l’existence de vigne dans la vallée du Rhône avant les interdictions dictées par Dominus, puisque des écrits démontrent la concurrence qui pouvait exister entre les vins italiens et les vins de cette vallée. Le style de ces vins est fortement influencé par ceux importés de Grèce qui ont la capacité de résister au transport. En plus d’importer leurs vins en Gaule, ils vont importer la culture de consommation de ces boissons.

Le développement commercial des vins de la vallée du Rhône reste faible au Moyen Âge due à des taxes importantes aux passages des villes situées sur le Rhône et la Saône. Au XVIIIe siècle, le problème semble se résoudre en passant par la Loire et la Seine pour rejoindre Paris. En effet, de par sa situation géographique Condrieu n’est qu’à une quarantaine de kilomètres de la Loire. Les canaux de Briare et du Loing permettent de relier la Loire et la Seine et ainsi d’atteindre Paris. Le tour est joué, les vins de la vallée du Rhône peuvent être appréciés au-delà des frontières locales.

Malheureusement, les déboires de cette appellation , malgré une réputation qui n’a rien à envier au Château Grillet (voisin de Condrieu), ne s’arrêtent pas là.

La vallée du Rhône est un des premiers foyers d’apparition du phylloxéra en France en 1863. Condrieu doit ensuite faire face à une raréfaction de la main d’oeuvre ; pourtant indispensable à son exploitation ; suite à la première guerre mondiale et à l’industrialisation de la vallée du Rhône. L’agriculture et l’arboriculture qui remplacent momentanément la vigne n’étant plus rentable, les ouvriers vont préférer travailler dans l’industrie qui leur garantit un salaire fixe. Le vignoble de Condrieu n’est plus entretenu. Sa superficie se réduit et la perte de ces vins d’exceptions est proche. En 1976, il ne reste plus que 10 ha de viognier. Durant cette période noire, la reconnaissance de l’appellation Côtes du Rhône en 1937 et puis celle de Condrieu en 1940 mettra en évidence la qualité de ces grands vins. Le changement de mode de vie des consommateurs en faveur de la grande gastronomie et des vins de qualité permet la renaissance du vignoble de Condrieu en 1980.

Merci entre autres à Georges Vernay, Antoine Cuilleron et Pierre Perret qui ont mené ce combat de reconstruction au sein du syndicat viticole. Sans eux, nous n’aurions pas la chance de pouvoir apprécier les vins de Condrieu !

Le paysage atypique, intimidant et fragile de Condrieu


L’appellation Condrieu est située dans la partie septentrionale de la vallée du Rhône à 40 kilomètres de Lyon, en bordure du massif central. Elle s’étend sur près de 200 ha et sept communes dont cinq sont situées dans le département de La Loire (Chavanay, Condrieu, Limony, Malleval, Saint-Michel- sur- Rhône, Saint-Pierre-de-Boeuf et Vérin). Le viognier trône sur cette appellation à flanc de falaise. Les pentes de certaines parcelles dépassent parfois 50%, ce qui demande des moyens humains et des moyens de préservation hors normes.

Les terrasses, les murets, les banquettes sont des éléments essentiels du terroir de Condrieu appelés « chaillées ». Ils contribuent à l’évacuation des eaux pluviales, à l’accumulation de la chaleur du jour pour la restituer la nuit mais aussi à la stabilité du vignoble. Leur entretien est un critère indispensable à l’obtention de l’appellation. En effet, les sols sablo-argileux sont pauvres et friables d’où l’importance des terrasses. Ils sont issus de l’altération du granite, roche magmatique (pour les communes de Chavanay, Condrieu, Saint-Michel- sur- Rhône et Vérin) et des roches métamorphiques leptynites et anatexies (au Nord de Condrieu, à l’Ouest de Verlieu, au Sud de Chavanay et à Saint-Pierre-de-Boeuf). Sur Chavanay et Saint-Pierre-de-Boeuf des placages de loess (accumulation de particules d’argile, de calcaire et de quartz dus à l’érosion éolienne) peuvent être observés.

Les hivers sont tempérés et les étés chauds, la pluviométrie est régulière avec une moyenne entre 700 et 800 mm par an. Condrieu est majoritairement balayé par le vent du Nord, froid et sec d’où l’exposition des vignes Sud, Sud/Est. Cette exposition protège le vignoble des vents et leur permet un ensoleillement suffisant pour atteindre le seuil de maturité exigé par le cahier des charges.

Les pratiques culturales et les exigences réglementaires de l’appellation sont bien entendues adaptées aux particularités de ce terroir. La densité de plantation minimum est de 6500 pieds/ha, les tailles requises sont courtes (cordon, gobelet et guyot simple), le rendement maximum est faible (41 hl/ha) et les travaux viticoles sont manuels.

Les typicités d’un Condrieu


L’exposition du vignoble de Condrieu permet d’atteindre chaque année une belle maturité des raisins. Les années exceptionnelles permettent la production de petites quantités de Condrieu « moelleux » grâce à une surmaturité maitrisée des raisins. Ce vin blanc sec présente une belle robe or pâle avec des reflets verts. Le nez dégage des arômes de fruits frais (pêche, mangue, abricot) et des notes plus florales de pivoine et de violette. Avec le vieillissement, les vins vont présenter des notes plus épicées de musc et de tabac. La bouche est ample, ronde, moelleuse mais toujours équilibrée avec la vivacité qui caractérise le viognier de Condrieu.

Comment accorder un Condrieu ?


Le Condrieu présente un bel équilibre entre le gras et la vivacité ce qui permet de l’accorder avec de nombreux plats comme de la volaille de Bresse, du homard, du poisson, du foie gras en terrine, des asperges et avec l’incontournable fromage de Condrieu la rigotte.

Les domaines d'exception en Condrieu

Le Château Grillet

Il fait partie des plus belles réputations des Côtes du Rhône septentrionales mais c’est avant tout une appellation à part entière de 3.5 ha. Château Grillet est un monopole enclavé dans l’appellation Condrieu. Le vignoble de Château Grillet est cultivé en biodynamie. Il est caractérisé par un microclimat plus chaud que l’appellation Condrieu. Ce domaine appartient aujourd’hui à François Pinault.

Le domaine Georges Vernay

Il fait partie des domaines mythiques intiment liés à cette appellation de par l’engagement de Georges Vernay pour reconstruire le vignoble de Condrieu. Christine Vernay, fille de Georges Vernay, aime travailler dans le détail. Sur les 23 ha dont 17 ha en forte pente, c’est la biodynamie qui est appliquée. Les vins révèlent leur terroir à la perfection. Elle produit 3 Condrieu que sont Coteau du Vernon, Les Chaillées de l’enfer et Les terrasses de l’empire.

Yves et Mathilde Gangloff

Ils font partie de la génération arrivés dans les années 1980 sur Condrieu. Ils ont fondé leur domaine en 1984 et s’attellent depuis à produire des vins de grande qualité. Depuis 2011 Mathilde nous a quittés mais Yves poursuit leur oeuvre avec l’aide de ses enfants. Ils exploitent 6 ha sur l’appellation Côtes Roties et 5 ha sur Condrieu.