1

Vins Sauternes

Située sur la rive gauche de la Gironde, l'aire de cette appellation d'origine contrôlée se compose de cinq communes : Barsac, Bommes, Fargues Preignac et Sauternes. Les vignobles, datant de l'époque romaine, produisent de très grands vins, réputés dans le monde entier. De nombreuses légendes entourent la naissance de ce vin et lui confèrent un caractère mystérieux. Voir plus sur Sauternes

    ​ ​ ​
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. ​ ​
L'appellation Sauternes

Le Sauternes est un vin de légende


Les rumeurs qui entourent la naissance du Sauternes sont nombreuses. Notamment, en 1836, un négociant en vins bordelais du nom de Focke, aurait été contraint de commencer ses vendanges très en retard, pour cause d'intempéries, et c'est la pourriture des raisins trop mûrs qui aurait donné naissance, par une œuvre alchimique mystérieuse, au divin nectar de Sauternes. Ou encore, en 1847, le marquis de Lur-Saluce, parti à la chasse en Russie, avait donné l'ordre de ne pas vendanger avant son retour. La pourriture noble, formée sur les raisins de son vignoble au cours de cette attente, donna alors naissance au vin d'exception.

Au XVIIe siècle, les marchands hollandais encouragent la production de vins blancs doux dont ils raffolent. C'est justement un naturaliste hollandais qui identifie pour la première fois le Botrytis cinerea, champignon responsable de la mystérieuse transformation des vins de Sauternes en vin liquoreux. Mais il faudra attendre le XVIIIe siècle pour avoir une preuve écrite, dans une lettre de 1741, de l'utilisation de pourriture noble dans la production de vin. On sait également que Thomas Jefferson, grand amateur de vin et futur président des États-unis, goûte le Sauternes en mai 1787. Il commande cette même année trente caisses de douze bouteilles d'Yquem pour le président Washington.

Au XIXe siècle, le succès est immense. En 1859, le Grand Duc Constantin paie 20.000 francs pour un tonneau de château Yquem, millésime 1847. L'appellation d'origine contrôlée Sauternes a été reconnue par décret le 30 septembre 1936. Il est à noter que les vins de Barsac font partie de l'AOC Sauternes.

Le Sauternes est un vin liquoreux réputé dans le monde entier


Située à une quarantaine de kilomètres de Bordeaux, sur la rive gauche de la Gironde, l'aire d'appellation est circonscrite à l'Est par la vallée de la Garonne, à l'Ouest par le Ciron, et par la forêt des Landes qui forme une barrière protectrice à l'Est et au Sud. Ces 2200 hectares de vignes comptent 250 domaines et 26 crus classés.

Le choc thermique provoqué par la rencontre de la rivière Ciron, et ses eaux froides, et des eaux plus chaudes de la Garonne, provoque des brouillards matinaux qui favorisent le développement du Botrytis cinerea. Il crée la pourriture noble qui permet la production de Sauternes, et il est indispensable à sa fabrication. Le microclimat, très favorable aux vignobles, est protégé par la forêt. L'encépagement est en général composé à 80 % de sémillon, 15 % de sauvignon et 5 % de muscadelle. Le sémillon, âgé de plus de quatre siècles, est le cépage typique du Sauternais.

Il est également très résistant au mildiou, mais ses rendements sont incertains, les excès de pluie lui étant néfastes. Les vendanges se font à la main et en plusieurs tries, au fur et à mesure de la surmaturation des raisins. Les rendements sont limités à un maximum de 25 hectares par litre, 8 hectares par litre à Yquem. La fermentation dure entre 3 et 4 semaines, et l'élevage s'effectue en barrique sur une durée qui varie entre 12 et 18 mois.

Les sols se caractérisent par des croupes graveleuses et des sous-sols argilo-calcaires. Très blancs, ils captent les rayons du soleil et les restituent pendant la nuit. Yquem se trouve sur une haute terrasse de nature argilo-graveleuse de 70 à 80 mètres de hauteur, en bordure des Landes. Plus bas, une terrasse de 40 à 70 mètres, composée de graves garonnaises günziennes et mindeliennes, produit la majorité des grands crus de l'AOC. Enfin, une basse terrasse sableuse héberge elle aussi des vignobles entre Preignac et Barsac, au bord du fleuve. Sur la rive gauche du Ciron, se trouve le plateau calcaire du Haut-Barsac.

Il est composé de calcaire à astéries et recouvert de terre rouge argilo-sableuse qui permet aux racines de la vigne de pénétrer à plus de 10 mètres en profondeur, s'alimentant ainsi en eau et en minéraux. La pourriture noble des raisins est produite par un taux d'humidité naturelle élevé, ce qui permet, lors de la vinification, de bénéficier d'un sucre résiduel qui contribue grandement à la saveur de ce grand vin. La production est en moyenne de 35 000 hectolitres par an, environ 5 millions de bouteilles.

Le Sauternes est un nectar à la robe d'or


L'or domine merveilleusement la robe du vin de Sauternes, et il prend avec l'âge une belle couleur ambrée. Son nez est complexe et il développe des arômes d'agrumes, de coing, d'amande, de prunelle, d'abricot sec, de pêche rôtie, de fruit de la passion. À cela s'ajoutent des notes florales de tilleul, d'acacia, de mimosa, de chèvrefeuille, avec quelques touches de cire d'abeille et de noisette.

En bouche, il est ample et gras, et il exprime immédiatement sa puissance. Les notes confites teintées de miel et de grillé cèdent la place aux fleurs blanches et aux fruits, tels que l'abricot, et une saveur musquée peut se faire sentir.

Le potentiel de garde du vin de Sauternesest exceptionnel, de 5 à 50 ans selon les années. Il s'associe merveilleusement avec les foies gras, poêlés ou en terrine, avec les viandes blanches, les poissons fins, mais également avec les fromages et les desserts.

Découvrons 3 crus classés d'exception de l'AOC Sauternes

Château d’Yquem : premier cru supérieur

C'est Romain-Bertrand de Lur-Saluces, petit-fils de Françoise-Joséphine qui obtient ce classement de premier cru supérieur au classement de 1855. Le domaine est désigné comme l'unique premier cru supérieur de la classification établie par l'empereur Napoléon III à l'occasion de l'Exposition universelle. Réputé dans l'Europe entière, il est apprécié des têtes couronnées comme le Grand-Duc Constantin, frère du tsar. Yquem n'échappera pas à la crise du phylloxera et à la Grande guerre, mais reprendra son ascension exceptionnelle aussitôt la paix revenue.

C'est dans le respect des savoir-faire traditionnels que le domaine a pu maintenir sa prospérité au cours des âges. Les parcelles sont restées les mêmes depuis près de deux siècles et elles sont cultivées sans jamais céder à la tentation d'utiliser des produits chimiques. Chaque récolte est produite dans le respect des écosystèmes naturels. D'ailleurs, le domaine est doté de sa propre station météo depuis 1896. Le grand soin apporté à la production du vin se reconnaît dans les nombreux millésimes dont peut se vanter la propriété.

Château Climens : premier grand cru

Depuis cinq siècles, le savoir-faire et la connaissance du vin se transmettent de génération en génération. En effet, le nom de Climens apparaît pour la première fois dans un contrat en 1547. Pendant deux siècles et demi, la famille Roborel de Climens développe le vignoble et assure sa prospérité. La structure et la superficie sont restées intactes depuis au moins deux siècles. La propriété est endommagée lors de la Révolution française et est vendue à un négociant bordelais, également viticulteur aguerri en 1802 du nom de Jean Binaud. Tout naturellement le domaine est classé Premier cru au classement de 1855.

Au début des années 1970 il est racheté par Lucien Lurton, propriétaire de prestigieux crus classés de l'appellation Médoc et transmis à sa fille, Bérénice Lurton, en 1992. Toujours en charge de la propriété, elle veille scrupuleusement à la qualité des tries, à l'assemblage des barriques, et vérifie elle-même toutes les autres étapes du processus. De nombreux millésimes viennent récompenser tous ces efforts, notamment l'année 2011 qui se caractérise par son raffinement.

Château La Tour Blanche : premier grand cru

Le domaine a été fondé par un conseiller au Parlement de Bordeaux, monsieur de Latour Blanche à la fin du XVIIIe siècle. Il est repris par le fameux Focke à qui l'on attribue la découverte du Botrytis cinerea. Il passe ensuite entre les mains de Pierre Pécherie pendant la Révolution. Le cru est classé en 1855, premier sur la liste derrière Yquem. En 1876, Daniel Iffla prend les rênes du domaine qu'il lègue à l'Etat, à condition que celui-ci y fonde une école de viticulture gratuite. Le cru est alors géré par le Conseil régional d'Aquitaine.

Les plus grands œnologues sont formés au sein de cette école prestigieuse, notamment Michel Rolland. Le cru est dirigé par Alex Barrau et Philippe Pelicano, ancien élève de l'école, qui est chargé de la vinification. On lui doit de nombreux millésimes fameux au cours de ces dernières années, notamment 2013, 2014, 2015.