1

Vins Saint-Amour

À l'extrémité septentrionale du Beaujolais, tout près de Mâcon, le vignoble associé au village de Saint Amour produit un cru au nom enchanteur. Le vin est rouge et sec, il se boit jeune ou après deux ou trois années de garde, et réjouit immanquablement les palais de ses arômes fruités. Voir plus sur Saint-Amour

    ​ ​ ​
  1. 1
  2. 2
  3. ​ ​
L'appellation Saint-Amour

Le vignoble de Saint-Amour a une origine doublement romaine


Ce sont les Romains qui ont créé les bases de notre vignoble, car ils avaient coutume de planter des vignes sur tous les territoires qu’ils avaient conquis. C’est le cas dans le Beaujolais, mais Saint Amour tient aussi son nom d’un Romain. Amor, était un légionnaire romain, compagnon de Saint Maurice, le chef de la légion thébéenne. En 286, lors d’un combat dans la région de Thèbes (aujourd’hui Louxor en Égypte), Amor refuse de lutter contre les chrétiens. Échappant au massacre, il se réfugie en Gaule où il devient missionnaire. C’est ainsi qu’il légua son nom, Saint Amour, au village qui lui rend hommage avec sa statue érigée non loin de l’église.

Pour ce qui concerne le vignoble, on doit aux moines son maintien à partir du VIIe siècle, à la suite de la retraite des Romains. À l’époque, la région du Beaujolais était intégrée au Duché de Bourgogne. Le nom de la région vient de la petite ville de Beaujeu, nichée à l’ouest du territoire. Au XIVe siècle, le duc de Bourgogne, Philippe le Hardi, bannit le cépage Gamay de la partie septentrionale de la Bourgogne. Il trouve refuge dans le Beaujolais dont il apprécie instantanément le sol.

La culture continue de se développer au fil des siècles. La tradition qui consiste à boire les vins dans leur prime jeunesse s’installe. Elle permet de mieux profiter de leur caractère délicieusement fruité et donnera ensuite naissance au Beaujolais Nouveau. Le vignoble de Saint Amour est situé en Saône-et-Loire, au sud-ouest de Mâcon. Il est implanté sur les coteaux orientaux du Mont de Bessay et de la Colline de l'Église, et descend en pente douce vers la plaine de Saône. Il s’étend sur 325 hectares de terrains cristallins primaires et produit annuellement plus de 16 000 hectolitres de vin rouge de grande qualité.

Le Saint Amour est reconnu par l'Institut National de l'Origine et de la Qualité (INAO) comme AOC depuis le décret du 8 février 1946. Il possède également le label européen AOP (Appellation d'Origine Protégée), ainsi que la mention « cru ». Cette dernière est un signe distinctif de qualité au sein d’un vignoble, tant pour le terroir et le climat, que pour la vinification et la dégustation finale.

Le Gamay est le cépage roi de l'AOC Saint-Amour


Le Saint Amour bénéficie d'un climat semi-continental à influences océanique et méditerranéenne. Ses sols sont granitiques, argileux et sableux. Comme tout Beaujolais, le Saint-Amour est élaboré à partir de Gamay noir à jus blanc. C’est son cépage essentiel, mais trois autres cépages sont autorisés comme accessoires, limités à 15 % : l'aligoté, le chardonnay et le melon.

La robe du Saint Amour est d’un rubis soutenu, aux reflets violines. Son nez propose des parfums de pêche et d'abricot qui se mêlent à de petits fruits rouges, comme le cassis et la framboise. Si vous le dégustez après deux ou trois ans de garde, sa structure devient plus charpentée. Il devient plus épicé et exprime des notes de kirsch. Quant à sa robe, en vieillissant, sa couleur décline toutes les nuances allant du pourpre au grenat profond.

Pauvre en tanins, le Saint Amour dévoile une bonne acidité. Son caractère fruité ne l’empêche pas d’exprimer davantage de complexité s'il est vinifié selon la méthode traditionnelle avec chapeau grillé. Il s’agit de maintenir les raisins dans le jus par une grille, afin d’obtenir une meilleure extraction de la couleur et des tannins.

La particularité du Gamay permet à chaque terroir d’exprimer des profils aromatiques spécifiques. Chaque vigneron imprime en plus la marque de son savoir-faire, s’appuyant sur l’expérience de ses ancêtres qui ont travaillé ce terroir depuis des siècles. La cuvaison courte du Saint Amour – d’une dizaine de jours – donne naissance à des vins tendres, à la fois fruités et floraux, qui se boivent dans les dix-huit mois après la récolte. En cas de macération plus longue, les vins apparaissent plus solides et légèrement plus rudes. Vous pouvez les conserver pendant trois ou quatre ans, et même encore quelques années supplémentaires.

Le vin rouge de Saint Amour trouve sa place auprès du gibier à plume. Il fait merveille pour accompagner une caille au Porto, mais apprécie aussi le porc sous toutes ses formes : buffet froid avec assiette de charcuterie, filet mignon de porc grillé au barbecue, ou daube de joue de porc.

Parfait avec le fromage, vous pouvez également le servir avec une omelette aux girolles ou une omette aux cèpes. Si vous êtes romantique, vous ne passerez pas une Saint Valentin sans une bouteille de Saint Amour. Et vous pouvez bien sûr penser à ce merveilleux Beaujolais pour votre mariage.

Les domaines de Saint-Amour à découvrir

Joseph Burrier – Château de Beauregard

La famille Burrier, présente depuis plus de 500 ans dans le vignoble du sud de la Bourgogne, est propriétaire depuis 6 générations du Château de Beauregard.

Les vignes sont cultivées en privilégiant le respect de l'environnement, afin de favoriser la qualité de la terre et de l'enracinement. Le travail du sol et la qualité des raisins, suivis de vinifications lentes et naturelles, en cuves ou en fûts de chêne, permettent d’obtenir la juste expression du terroir du Saint Amour, avec des vins de la plus haute qualité.

Domaine de la Pirolette

Le Domaine de la Pirolette est perché en haut de la colline, face à l’église de Saint Amour. La bâtisse de caractère datant de 1600 a hérité du nom d’une jolie fleur blanche : la Pirole. C’est l’un des plus grands domaines de Saint-Amour, situé sur les meilleurs terroirs de l’appellation.

Les exploitants du château de la Pirolette, Grégory et Virginie Barbet, utilisent la technique ancestrale du chapeau grillé. Cette extraction réalisée tout en douceur permet d’apporter de la structure, tout en conservant l’élégance du terroir. Elle façonne des vins élégants, empreints de fraîcheur, pleins d’énergie et de minéralité.