1

Vins Morgon

L’appellation Morgon est l’un des 10 Crus du Beaujolais. Les vins du Beaujolais sont souvent méconnus, alors qu’ils offrent pourtant des caractéristiques aromatiques très typiques de leur terroir, situé entre la Bourgogne et la Vallée du Rhône. Voir plus sur Morgon

    ​ ​ ​
  1. 1
  2. 2
  3. ​ ​
L'appellation Morgon

Le Morgon est un cru « star » du Beaujolais


La région du Beaujolais est occupée depuis des millénaires avant JC. Les premières traces de vignes que l’on y retrouve datent de l’époque de l’occupation romaine. Des écrits de l’époque mentionne le cépage Allobrogica, sans doute l’ancêtre du Pinot Noir. La région est ensuite le terrain de nombreuses invasions barbares. Les différents peuples amenant à chaque fois de nouvelles variétés dans la région, on commence à planter le Gouais Blanc dans la région.

C’est le croisement de ce cépage avec le Pinot Noir qui donne naissance au Gamay, cépage phare de la région. Au cours du Moyen-Âge et de la Renaissance les vins du Beaujolais et donc de Morgon sont énormément distribués grâce à la Saône, donc vers Lyon et les villes alentours. En 1930, la région Beaujolais est rattachée à la Bourgogne, de par leur proximité géographique. Mais cette situation ne convenant pas au plus grand nombre, dès 1936 sont signés 5 décrets qui marquent la création de 5 appellations du Beaujolais : Chénas, Chiroubles, Fleurie, Moulin-à-Vent et Morgon. Vont suivre Julienas, Brouilly, Côtes de Brouilly, Saint-Amour ainsi que l’AOC Beaujolais Villages. Ces 10 AOC sont les 10 Crus du Beaujolais.

L’AOC Morgon s’étend sur la commune de Villié-Morgon dans le département du Rhône. Elle couvre 1 126 hectares. La commune sur laquelle repose l’AOC est située au pied des monts Beaujolais, les parcelles bénéficient d’une superbe exposition, et de plus de 1 950 heures d’ensoleillement par an, ce qui est considérable. Le climat est tempéré océanique, à influences continentales et méditerranéennes.

Le Gamay prédomine les assemblages et apporte leur typicité au Morgon


Les sols de l’appellation sont principalement composés de granite de Fleurie, en surface. C’est un granite rose, qui est localement appelé « roche pourrie ». Mais le terroir varie localement, et connaît des spécificités assez rares, comment au Mont Py, où l’on retrouve un dépôt volcano-sédimentaire, qui rend le sol basique et non plus acide comme il l’est dans le reste de l’appellation. Ces sols ne sont pas roses, mais composés de pierres vertes et bleues, ce qui marque une énorme différence en terme de culture de la vigne.

Le Gamay est le cépage principal autorisé et utilisé au sein de l’appellation Morgon, et plus largement dans tous les Crus du Beaujolais. C’est un cépage noir, dont la pellicule est donc foncée, et dont la chair est blanche, comme la majorité des cépages noirs. Trois autres cépages sont autorisés à hauteur de 15 % dans l’assemblage final : l’Aligoté, le Chardonay et le Melon, qui sont trois cépages blancs, à chair blanche également donc.

Le Gamay est un cépage qui n’a besoin que de très peu d’eau et qui se plait énormément sur les sols drainants de la région. C’est un cépage qui donne donc de petites grappes, très peu chargées d’eau et donc très concentrées en goûts et en sucres. Le Gamay est très complémentaire avec le Pinot Noir, cépage star de la Bourgogne voisine, car ils ne s’épanouissent pas du tout sur le même style de sols. Le Gamay a besoin de sols acides et granitiques, ceux que l’on retrouve dans le Beaujolais, alors que le Pinot Noir sera plus heureux sur des sols argilo-calcaire à forte concentration en fer, que l’on retrouve en Bourgogne.

Les deux appellations, qui ont longtemps été assimilées, sont aujourd’hui bien distinctes, mais de qualité similaire. Cette idée à cependant du mal à faire son chemin dans l’imaginaire collectif. En effet, le Beaujolais souffre de l’image du « Beaujolais Nouveau », vin qui n’a pas terminé ces différentes fermentations, qui n’a pas connu ni élevage ni stabilisation, et qui ne peut donc être représentatif de ce qu’est le Beaujolais. Le slogan de l’appellation Morgon résume assez bien la personnalité de ce vin : « Morgon : le fruit d’un Beaujolais, le charme d’un Bourgogne ».

Quelles sont les caractéristiques gustatives d'un Morgon ?


A l’œil, les vins de l’appellation Morgon sont particulièrement grenat, la robe est intense et assez profonde. En vieillissant, les robes tendent vers l’acajou, en s’éclaircissant légèrement, bien que la robe reste rouge sombre.

Au nez, les arômes se dégagent assez intensément, et sont souvent un mélange de fruits à noyau, comme la cerise, la pêche, la prune ou l’abricot. Avec le vieillissement, ces arômes deviennent plus compotés, plus concentrés. On retrouve alors des arômes de cerise kirschées, et pour les vins les plus vieux, d’agréables notes de sous-bois peuvent également rejoindre les notes fruitées plus habituelles.

En bouche, le Morgon s’intensifie et laisse parler sa structure très charpentée, charnue et riche. Les tanins et les fruits s’harmonisent très bien, par leur intensité respective. On dit notamment que le vin « morgonne » quand ses arômes tirent vers des arômes de sherry, arômes apportés par les fameuses roches roses des terres de Morgon.

Il ne faut pas hésiter à carafer les Morgon les plus jeunes, et les servir à une température avoisinant les 16°C. Il est possible de garder les meilleurs millésimes pendant 20 à 30 ans, mais la norme de vieillissement des Morgon est autour de 15 ans.

Quels sont les grands millésimes de l'AOC Morgon ?


Les millésime 2005 et 2009 est souvent qualifiés de millésimes du millénaire ! Plus récemment, les millésimes 2011, 2015 et 2018 sont également des millésimes réellement hors normes qui vous offriront de très belles dégustations.

Quels plats pour accompagner un Morgon ?


Ces vins s’accordent très bien aux différents gibiers et terrine campagnardes que l’on peut trouver dans la région. Mais les volailles en crème sauront également trouver un bel accord avec les vins de cette appellation, qui saura également très bien sublimer les fromages à pâtes molles. En terme de desserts, les Morgon s’accordent bien avec les pommes et les poires, en gâteaux ou en tartes.

2 domaines de l'appellation Morgon à découvrir

Domaine Bulliat

Cette propriété de 28 hectares, acquis au fur et à mesure du temps, est tenue par la famille Bulliat depuis plusieurs générations. Depuis 2013 les vignes sont certifiées en Agriculture Biologique. Comme son nom l’indique, cette cuvée est vinifiée en amphore, ce qui permet d’affiner les tanins très présents dans les Morgon. L’équilibre y est ici parfait.

Domaine Anita

Anita Kunhel crée son exploitation en 2015 et cultive ses vignes sur 6 appellations du Beaujolais. Cette Slovène d’origine maîtrise tout des différents terroirs sur lesquels elle travaille. Ce vin passe 11 mois en fûts ayant élevé deux vins blancs, et est élaboré à partir de vignes de plus de 60 ans : des arômes et une finesse incroyable en bouche !