Les origines du vin chaud

Il y a fort fort longtemps...

24 Janvier 2018

Le vin chaud est une boisson composée d’épices et de vin, généralement rouge mais parfois blanc. Il est principalement consommé en hiver, et sucré au miel ou à l’aide d’un autre produit doux.

 

            L’apparition du vin chaud

 

C’est sous l’empire romain, vers 20 après JC, que le premier vin chaud épicé fut concocté. Il était question de faire bouillir du miel dans du vin, puis d’y ajouter des épices (poivre, mastic, nard, laurier, safran), des noyaux de dattes torréfiés et des dattes trempées préalablement dans du vin. Le tout était ensuite dilué dans du vin de qualité afin d’adoucir le mélange. Des charbons ardents étaient ensuite jetés dans le mélange pour le conserver. On trouve la recette écrite pour la première fois dans le Livre I.1. « De Re Coquinaria d’Apicius ».

 

            L’avènement du vin chaud à travers l’Europe

             

Au XIIIème siècle, la ville de Montpellier était réputée pour son florissant commerce de vins épicés. Les traces écrites dateraient la « recette » de ce vin de l’an 1249. Les épices venues d'Orient arrivant au port de Lattes rendaient possible sa fabrication.

 

La Suède adopta aussi la tradition du vin chaud lorsque le roi Gustave, grand amateur de cette mixture, s’en fit préparer avec des vins du Rhin, du sucre, du miel et des épices (cannelle, gingembre, cardamome et clous de girofle). Ce n’est qu’à partir de 1600 que cette boisson aristocratique devint populaire et prit le nom de Glögg (vin chauffé). Cent cinquante ans plus tard, les foyers suédois commencèrent à produire chez eux leur propre Glögg.

 

En France, il était appelé autrefois « vin à la française ». C'était un vin chaud et sucré, aromatisé avec de la cannelle, qui se servait dans toutes les auberges à la fin du XIXe siècle. Depuis les Alpes, le vin chaud se répandit aussi en Italie, où l’on s’y réfère comme « vin brûlé ».

 

            Le vin chaud aujourd’hui

 

Dès les années 1890, la tradition du vin chaud s'amplifia en Europe lors de la période de Noël. Chaque marchand de vin en proposait sa propre version, qu’il vendait dans des bouteilles aux étiquettes ludiques. Le vin chaud est d’ailleurs toujours la star des marchés de Noël d’Allemagne, d’Alsace-Moselle, d’Autriche, de Suisse, de Belgique, des Pays-Bas, de Pologne, du Luxembourg, de République tchèque et de Roumanie.

 

Un bel exemple de tradition antique qui a su se répandre à travers le monde et qui perdure encore aujourd’hui.

 

 

            LA recette

 

Pour les plus téméraires, nous avons trouvé LA recette de vin épicé de l’Empire Romain selon Apicius. Bon courage !

 

  • Dans un vase de bronze, verser
  • 2 sestères de vin de manière
  • 16 livres de miel
  • Sur un feu de bois bien sec, faire chauffer le mélange et réduire le vin de deux tiers.
  • Casser l’ébullition en rajoutant un trait de vin ou en retirant la casserole du feu.
  • Lorsque le mélange est refroidi, le remettre sur le feu, et répéter l’action à deux ou trois reprises.
  • Laisser reposer une nuit et écumer le mélange le jour suivant
  • Ajouter
  • 4 onces de poivre haché,
  • 3 scrupules de mastic
  • 1 dragme de feuilles de nard
  • 1 dragme de safran
  • 5 noyaux de dattes toastés
  • 5 dattes trempées dans le vin,
  • Arroser avec du 18 sestères de vin doux de qualité afin que le mélange final.
  • On vous passe la partie où vous jetez des charbons ardents dans le mélange.

 

* Petite conversion pour les non-romains

Un setier = ~ 54 cl

Une livre = 324 g

Une once = 27 g

Un scrupule = 1,125 g

Une drachme = 3,375 g